“La valeur divine du mariage”

A Cana, tout est à la joie de la fête; Marie, seule, remarque que le vin manque... L'âme pousse son esprit de service jusqu'aux plus petites attentions si, comme Marie et pour l'amour de Dieu, elle reste passionnément attentive au prochain. (Sillon, 631)

L'amour pur et sans tache des époux est une réalité sainte que, en tant que prêtre, le bénis de mes deux mains. La tradition chrétienne a vu fréquemment une confirmation de la valeur divine du mariage dans la présence de Jésus-Christ aux noces de Cana: Notre Seigneur est allé aux noces — écrit saint Cyrille d'Alexandrie — pour sanctifier le principe de la génération humaine.

Le mariage est un sacrement qui fait de deux corps une seule chair; comme la théologie le souligne avec force, les corps mêmes des conjoints en constituent la matière. Le Seigneur sanctifie et bénit l'amour du mari envers sa femme et celui de la femme envers son mari: c'est Lui qui a disposé non seulement la fusion de leurs âmes, mais aussi celle de leurs corps. Aucun chrétien, qu'il soit ou non appelé à la vie matrimoniale, ne peut la sous-estimer.

Le Créateur nous a donné l'intelligence: elle est comme une étincelle de l'entendement divin et nous permet avec notre volonté libre — autre don de Dieu — de connaître et d'aimer. Il a en outre donné à notre corps la possibilité d'engendrer, autrement dit de participer en quelque sorte à son pouvoir créateur. Dieu a voulu se servir de l'amour conjugal pour faire venir au monde de nouvelles créatures et augmenter le corps de son Eglise. Le sexe n'est pas une réalité honteuse, mais un don divin dont la juste finalité est la vie, l'amour, la fécondité. (…) (Quand le Christ passe, 24)