"La Croix sur tes épaules, le sourire sur tes lèvres"

Plus tu seras au Christ, plus tu obtiendras de grâce pour ton efficacité terrestre et ton bonheur éternel. Mais tu dois te décider à suivre le chemin du don de soi: la Croix sur tes épaules, le sourire sur tes lèvres et, dans ton âme, une grande lumière. (Chemin de Croix, II. n. 3)

Tu entends en toi une voix: "Qu'il est pesant ce joug dont tu t'es chargé librement!" ... C'est la voix du diable, le fardeau... de ton orgueil.

Demande l'humilité au Seigneur, et toi aussi tu comprendras ces paroles de Jésus: Iugum enim meum suave est, et onus meum leve (Mt 11, 30), que j'aime à traduire librement ainsi: mon joug est la liberté, mon joug est l'amour, mon joug est l'unité, mon joug est la vie, mon joug est l'efficacité. (Chemin de Croix, II. n. 4)

Souvent autour de nous règne comme une sorte de peur de la Croix, de la Croix du Seigneur. Et c'est que l'on a commencé à appeler croix tous les événements désagréables qui surgissent au cours de la vie et qu'on ne sait pas assumer comme un enfant de Dieu, contempler dans une perspective surnaturelle. Ne va-t-on pas jusqu'à enlever les croix qu'ont plantées nos aïeux au bord des chemins...!

Dans la Passion, la Croix a cessé d'être symbole de châtiment: elle est devenue un signe de victoire. La Croix est l'emblème du Rédempteur: in quo est salus, vita et resurrectio nostra, en elle se trouvent notre salut, notre vie et notre résurrection. (Chemin de Croix, II. n. 5)