Au fil de l’Évangile : Sainte Marie, Mère de Dieu

Évangile du vendredi 1er janvier, commentaire et questions pour guider l’examen de conscience.

Opus Dei - Au fil de l’Évangile : Sainte Marie, Mère de Dieu

Évangile (Lc 2, 16-21)

En ce temps-là, les bergers se hâtèrent d’aller à Bethléem, et ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire. Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. Et tous ceux qui entendirent s’étonnaient de ce que leur racontaient les bergers. Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été annoncé.

Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l’enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception.


Commentaire

Être mère est toujours un projet de Dieu. Mais être la Mère de Dieu n'a été réservé qu'à une seule femme dans l'histoire, Marie de Nazareth.

L'évangile d'aujourd'hui nous révèle quelque peu le mystère de la maternité divine de Marie. Nous ne savons pas comment Jésus a été conçu matériellement, comment l'Esprit Saint a agi, mais nous savons comment Jésus a compris ce que représentait le fait d'être sa Mère : "Celui qui fait la volonté de Dieu est mon frère, ma sœur et ma mère" (Mc 3,35). Ainsi, le Fils de Dieu précise que Marie est sa Mère plus parce qu'elle est docile à la volonté de Dieu qu'en raison de toutes les responsabilités naturelles d'une mère.

Et que fait celui qui fait la volonté de Dieu ? Durant les événements de Noël, beaucoup entendent des paroles divines, comme les bergers l'annonce des anges ou Zacharie la prédiction de Gabriel, mais Marie fait autre chose, elle " gardait dans son cœur tous ces événements.". C'est une attitude que nous retrouvons en d'autres occasions chez Marie (cf. Lc 2, 51).

Certains artistes représentent la scène de l'Annonciation comme la Parole de Dieu pénétrant dans l'oreille de Marie. Pendant des siècles, dans l'Antiquité et au Moyen Âge, on croyait que la Sainte Vierge avait conçu Jésus-Christ en écoutant. Cette attitude spécifique de notre Mère nous invite à renouveler le désir, au début d'une nouvelle année, de nous approcher de la Parole comme étant quelque chose qui produit la vie divine en nous et autour de nous. Parfois, il s'agit d'une phrase d'une lecture à la messe, d'autres fois d'un psaume ou d'un verset de l'Évangile lu avant d'aller au lit.

Une fois, une femme qui écoutait Jésus a eu un éloge sincère pour le ventre qui l'avait porté, mais le Maître avait répondu : "« Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent ! » (Lc 11, 28).

Si nous essayons d'écouter attentivement ce que Dieu nous dit et de le mettre en pratique, nous serons émerveillés comme les bergers et toute notre vie sera pour la gloire de Dieu.


Examen de conscience

1. Comme le commentaire ci-dessus le rappelle, Jésus a dit que celui qui fait la volonté de Dieu est pour lui un frère, une sœur, une mère. Me sachant enfant de Sainte Marie, mère de Dieu, est-ce je m’efforce moi aussi d’accomplir en tout la volonté de Dieu mon Père ?

2. Saint Josémaria interprétait le vieux dicton « Année nouvelle, Vie nouvelle » dans le sens de « année nouvelle, lutte nouvelle ». Est-ce que j’ai pris les résolutions opportunes pour être encore plus fidèle à Dieu au cours de l’année qui commence aujourd’hui ?

3. Or, sachant que je suis faible et pécheur, est-ce que j’ai aussi prévu de faire appel le plus tôt possible à la miséricorde de Dieu mon Père, d’abord par la contrition personnelle et ensuite dans le sacrement de Réconciliation ?