Au fil de l’Évangile : le premier à persévérer jusqu'au bout

Évangile du samedi 26 décembre, commentaire et questions pour guider l’examen de conscience.

Évangile (Mt 10,17-22)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
« Méfiez-vous des hommes : ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues. Vous serez conduits devant des gouverneurs et des rois à cause de moi : il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens. Quand on vous livrera, ne vous inquiétez pas de savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. Car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous. Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant ; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort. Vous serez détestés de tous à cause de mon nom ; mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé. »


Commentaire

Le cœur toujours débordant de joie à la naissance du Sauveur, nous nous retrouvons aujourd'hui avec ces paroles de Jésus, qui annonce à ses disciples les persécutions à cause de son nom. La lumière et la croix, la joie et la douleur sont unies dans la vie du chrétien qui veut suivre le Maître avec persévérance, en faisant confiance à la force qui vient de l'Esprit Saint, pour résister aux menaces des ennemis de Dieu et de son Église.

L'Évangile d'aujourd'hui reflète la fidélité du premier disciple de Jésus qui lui a rendu témoignage devant les hommes. La fidélité signifie la ressemblance, l'identification avec le Maître. Tout comme Jésus, Étienne a prêché à ses frères de race, rempli de la sagesse du Saint-Esprit, et a accompli de grands prodiges pour son peuple ; comme Jésus, il a été emmené hors de la ville et y a été lapidé, tandis qu'il pardonnait à ses bourreaux et remettait son esprit au Seigneur (cf. Actes des Apôtres, 6, 8-10 ; 7, 54-60).

Mais nous pouvons dire à Jésus : comment ne pas être inquiets quand nous sentons la menace d'un environnement hostile à l’Évangile ? Comment ignorer la tentation de la peur ou du respect humain, pour éviter d'avoir à résister ? Plus encore, lorsque cette hostilité se manifeste dans son propre environnement familial, ce que le prophète a déjà prédit: "Car le fils insulte son père, la fille se dresse contre sa mère, la belle-fille contre sa belle-mère, chacun a pour ennemis les gens de sa maison " (Michée, 7, 6). Il est vrai que Jésus ne nous donne pas une technique pour sortir indemne face à la persécution. Il nous donne beaucoup plus : l'assistance du Saint-Esprit pour parler et persévérer dans le bien, donnant ainsi un témoignage fidèle de l'amour de Dieu pour toute l'humanité, y compris pour les persécuteurs. En ce premier jour de l'octave de Noël, il y a encore de la place pour la joie, car ce que nous voulons le plus, ce qui nous rend heureux, n'est pas notre propre sécurité, mais le salut pour tous.

Examen de conscience

1. La pratique de ma foi chrétienne peut entraîner des incompréhensions et des difficultés de la part de certains dans mon milieu personnel. Suis-je disposé à les affronter sans me laisser intimider par qui que ce soit ?

2. Le martyre de saint Étienne nous rappelle que le don de force d’âme, un des sept dons du Saint-Esprit, est indispensable. Ai-je recours au Paraclet au moment de prendre certaines décisions dont la mise en pratique ne s’annonce pas facile ?

3. Saint Étienne est resté serein et joyeux jusqu’au dernier moment. Suis-je capable, avec l’aide de Dieu, de rester moi aussi serein dans certaines circonstances difficiles qui ne manquent jamais de se produire dans notre monde ?

Josep Boira // Roberto Caucino - Canva