Au fil de l’Évangile de lundi : Savourer l'Eucharistie

Commentaire du lundi de la 3ème semaine du temps de Pâques. "Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l’homme, lui que Dieu, le Père, a marqué de son sceau." L'Eucharistie peut transformer notre vie et la diviniser si nous cherchons à nous en approcher avec une foi ardente.

Opus Dei - Au fil de l’Évangile de lundi : Savourer l'Eucharistie

Évangile (Jean 6, 22-29)

Jésus avait rassasié cinq mille hommes, et ses disciples l’avaient vu marcher sur la mer. Le lendemain, la foule restée sur l’autre rive se rendit compte qu’il n’y avait eu là qu’une seule barque, et que Jésus n’y était pas monté avec ses disciples, qui étaient partis sans lui. Cependant, d’autres barques, venant de Tibériade, étaient arrivées près de l’endroit où l’on avait mangé le pain après que le Seigneur eut rendu grâce. Quand la foule vit que Jésus n’était pas là, ni ses disciples, les gens montèrent dans les barques et se dirigèrent vers Capharnaüm à la recherche de Jésus.

L’ayant trouvé sur l’autre rive, ils lui dirent :

« Rabbi, quand es-tu arrivé ici ? »

Jésus leur répondit :

« Amen, amen, je vous le dis : vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé de ces pains et que vous avez été rassasiés. Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l’homme, lui que Dieu, le Père, a marqué de son sceau. »

Ils lui dirent alors :

« Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? »

Jésus leur répondit :

« L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. »


Commentaire

La veille, Jésus avait rassasié de pain la foule qui le suivait. Ceux qui ont bénéficié du miracle sont maintenant enthousiastes et cherchent Jésus avec persévérance. Ils sont prêts à aller ici et là, à traverser le lac, à suivre la trace de celui qui était capable de prendre du pain sans le moindre effort et de le donner à la foule. Ils appellent Jésus Maître, et au fond d'eux-mêmes, ils veulent le proclamer roi, car ils pensent qu'enfin quelqu'un est arrivé qui va vraiment résoudre leurs problèmes. Ils croient qu'avec lui, ils seront assurés d'avoir du pain et qui sait combien d'autres choses.

Jésus, qui connaît le fond de leur cœur, ne se laisse pas aveugler par un succès apparent. Il veut amener ses auditeurs à la véritable signification du miracle de la multiplication des pains : c'est un signe, qui annonce quelque chose de meilleur. Jésus leur dit : "Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l’homme". La foule répond : " Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? " Elle ne réalise pas toute la portée de ses paroles.

Peut-être ces personnages pensent-ils à faire une sorte d'échange : nous ferons les œuvres que Dieu nous demande et en retour nous recevrons notre pain quotidien. Le Seigneur, cependant, veut leur donner quelque chose de plus grand, il veut leur donner son propre Corps comme nourriture. Mais pour pouvoir l'apprécier, nous devons bien nous préparer : "L'œuvre de Dieu, c'est que vous croyiez en celui qu'Il a envoyé".

L'Évangile d'aujourd'hui nous invite à nous demander si nous faisons l'effort de rechercher la véritable nourriture qu'est l'Eucharistie. Il nous rappelle également que pour goûter l'Eucharistie, nous devons nous en approcher avec foi. Cela nous sert beaucoup, par exemple, de préparer ces rencontres avec le Seigneur par des communions spirituelles, qui sont des moments pour enflammer la foi dans nos cœurs. Alors, recevoir l'Eucharistie nous transformera vraiment, elle nous fera réaliser les œuvres de Dieu dans nos vies, elle divinisera notre travail quotidien.