"Tu es sel, âme d'apôtre"

Tu es sel, âme d'apôtre. — Bonum est sal — le sel est bon, lit-on dans le saint Evangile, si autem sa evanuerit — mais si le sel s'affadit..., il ne vaut rien, ni pour la terre, ni pour le fumier; on le jette comme inutile. Tu es sel, âme d'apôtre. — Mais si tu t'affadis... (Chemin, 921)

Nous autres catholiques, nous devons parcourir la vie en apôtres que nous sommes: avec la lumière de Dieu, avec le sel de Dieu. Sans peur, en étant naturels, et si pleins de vie intérieure, si unis au Seigneur que nous éclairions, que nous évitions la corruption et les ombres, que nous diffusions le fruit serein et efficace de la doctrine chrétienne. (Forge 969)

Dans des moments de désarroi général, alors que tu réclames au Seigneur "ses âmes", c'est comme s'Il ne t'entendait pas, comme s'Il faisait le sourd à tes appels. Tu en arrives même à penser que ton travail apostolique est vain.

Ne t'en inquiète pas! Poursuis ton travail avec la même joie, avec le même enthousiasme, avec le même élan. — Permets-moi d'insister: quand on travaille pour Dieu, rien n'est infécond! (Forge, 978)

 

Mon enfant: toutes les mers de ce monde sont à nous, et c'est là où la pêche est la plus difficile qu'elle est aussi la plus nécessaire. (Forge, 979) 

 

Par ta doctrine de chrétien, par ta vie intègre et ton travail bien fait, dans l'exercice de ta profession et dans l'accomplissement des devoirs propres de ta charge, tu dois donner le bon exemple à ceux qui t'entourent: à tes parents, à tes amis, à tes camarades, à tes voisins, à tes élèves... — Tu n'as pas le droit de bâcler ce que tu as à faire. (Forge, 980)