Rendre grâces à Dieu

Saint Josémaria écrivit au pt 268 de « Chemin » : «Habitue-toi à élever ton cœur vers Dieu en action de grâces, et souvent dans la journée. -Parce qu’Il te donne ceci ou cela. -Parce qu’on t’a humilié. -Parce que tu ne possèdes pas ce dont tu as besoin, ou parce que tu le possèdes. Parce que sa Mère, qui est aussi ta Mère, Il l’a voulue si belle. -Parce qu’Il a créé le soleil et la lune, et cet animal et cette plante. Parce qu’Il a donné à celui-ci d’être éloquent et à toi de bredouiller…

Remercie-Le de tout, parce que tout est bon.»

Rends souvent grâces à Jésus, parce que, par Lui, avec Lui et en Lui, tu as le droit de t'appeler enfant de Dieu.

Forge, 265

Lorsque vous pensez aux circonstances qui ont accompagné votre décision de vivre entièrement votre foi, j'imagine que, comme moi, vous rendez profondément grâces au Seigneur, sincèrement convaincus — sans fausse humilité — qu'il n'y a là aucun mérite de votre part. Nous avons appris, d'ordinaire, à invoquer Dieu depuis notre enfance des lèvres de parents chrétiens. Plus tard, ce sont des maîtres, des camarades, des personnes de notre entourage qui nous ont aidés, de multiples manières, à ne pas perdre de vue Jésus‑Christ.

Quand le Christ passe, 1, 2

Le Seigneur faisait dire à une âme dont le supérieur immédiat était irascible et grossier : Merci beaucoup, mon Dieu, pour ce trésor vraiment divin ; car quand en trouverai‑je un autre qui, à chaque amabilité, réponde par des ruades ?

Chemin, 190

Tu as échoué ! — Nous, nous n’échouons jamais. — Tu avais mis toute ta confiance en Dieu. — Puis, tu n’as épargné aucun recours humain.

Persuade‑toi de cette vérité : ton succès — maintenant et en ceci —, c’était justement d’échouer. — Rends grâce au Seigneur et recommence.

Chemin, 404

Efforce‑toi de rendre grâces à Jésus dans l'Eucharistie en chantant les louanges de Notre‑Dame, de la Vierge pure, sans tache, de celle qui a mis au monde le Seigneur.

— Et, audacieux comme un enfant, ose dire ces paroles à Jésus : mon bel amour, bénie soit la Mère qui t'a mis au monde !

Cela lui fera plaisir à coup sûr, et Il n'en mettra que plus d'amour dans ton âme.

Forge, 70

Dans ton action de grâces après la communion, la première chose qui te vient aux lèvres, sans que tu n’y puisses rien, c’est une demande… : Jésus, donne‑moi ceci ; Jésus, cette âme ; Jésus, cette entreprise.

Ne t’inquiète pas, ne te force pas. Ne vois‑tu pas que le père étant bon et l’enfant simple et hardi, le tout‑petit mets les mains dans les poches de son père à la recherche de friandises, avant même de l’embrasser pour lui dire bonjour ? — Alors…

Chemin, 896

Rends grâce à Dieu pour être content, plein d’une joie profonde qui n’a pas besoin de s’exprimer de manière bruyante.

Sillon, 85

Merci, ô Jésus, d’avoir voulu devenir un Homme parfait, au Cœur aimant et très aimable, et qui aime jusqu’à la mort et qui souffre ; qui se remplit de joie et de douleur ; qui s’enthousiasme pour les chemins des hommes, et nous montre celui qui mène au Ciel ; qui se soumet, héroïque, à son devoir, et agit avec miséricorde ; qui veille sur les pauvres et sur les riches ; qui prend soin des pécheurs et des justes…

— Merci ! Merci ! mon Jésus, et donne‑nous un cœur à la mesure du Tien !

Sillon, 813

Habitue‑toi à remercier d'avance les Anges gardiens…, pour mieux les obliger à te rendre service.

Forge, 93

Seigneur, que tu sois remercié ! Si Tu permets la tentation, Tu nous donnes aussi la beauté et la force de ta grâce, pour que nous soyons vainqueurs ! Merci, Seigneur, pour les tentations, que Tu permets afin de nous rendre plus humbles !

Forge, 313

Que toutes les créatures, et chacune d'entre elles, ainsi que tous les événements de cette vie, sans aucune exception, soient autant de marches qui te mènent à Dieu et qui t'incitent à Le connaître et à L'aimer, à lui rendre grâces et à faire en sorte que tous les hommes Le connaissent et L'aiment.

Forge, 680

Quand tu recevras un coup très fort, une Croix quelconque, tu ne dois pas t'en affliger. Au contraire c'est le visage joyeux que tu devras en remercier le Seigneur.

Forge, 776

Seigneur, lui assurais‑tu, il me plait d'être reconnaissant ; je veux l'être toujours et à l'égard de tous.

— Eh bien, vois : tu n'es pas une pierre…, ni une buse…, ni un mulet. Tu n'es pas de ces êtres qui ont ici‑bas leur fin. Parce que Dieu a voulu faire de toi un homme ou une femme — un de ses enfants —…, et qu'Il t'aime in caritate perpetua — d'un amour éternel.

— Toi qui veux être reconnaissant, vas‑tu faire une exception pour le Seigneur ? — Fais donc en sorte qu'une action de grâces quotidienne jaillisse impétueusement de ton cœur.

Forge, 866