“Le chercher, le trouver, le fréquenter, l'aimer”

La lutte affermit la vie intérieure, une lutte amoureuse pour accomplir — ou mieux pour vivre! — nos pratiques quotidiennes de piété: oui, notre chemin d'enfants de Dieu est un chemin d'Amour. (Forge, 83)

J'ai distingué quatre degrés dans cet effort pour nous identifier au Christ: le chercher, le trouver, le fréquenter, l'aimer. Peut-être vous rendrez-vous compte que vous en êtes à la première étape. Cherchez-le alors avec acharnement; cherchez-le en vous-mêmes de toutes vos forces. Si vous agissez avec cette opiniâtreté, j'ose vous garantir que vous l'avez déjà rencontré et que vous avez commencé à le fréquenter et à l'aimer et à avoir votre conversation dans le ciel.

Je prie le Seigneur pour que nous nous décidions à nourrir en notre âme l'unique ambition noble, la seule qui en vaille la peine: aller à Jésus, comme sa Mère Bénie et le saint Patriarche y sont allés, avec un très grand désir d'être près de Lui, avec abnégation et sans rien négliger. Nous participerons au bonheur de l'amitié divine — dans un recueillement intérieur compatible avec nos devoirs professionnels et avec nos devoirs de citoyens —, et nous Le remercierons de la délicatesse et de la clarté avec lesquelles Il nous apprend à accomplir la Volonté de Notre Père qui habite dans les cieux. (...)

N'oublie pas non plus que l'essentiel n'est pas de faire beaucoup de choses; limite-toi généreusement à celles que tu peux mener à bien tous les jours, que tu en aies envie ou non. Ces pratiques te mèneront presque insensiblement à la prière contemplative. Des actes d'amour plus nombreux naîtront dans ton âme: jaculatoires, actions de grâce, actes de réparation, communions spirituelles. Et cela, tout en accomplissant tes obligations: en décrochant ton téléphone, en prenant un moyen de transport, en ouvrant ou en fermant la porte, en passant devant une église, avant de te mettre au travail, en le réalisant ou en l'achevant. Tu sauras tout rapporter à Dieu ton Père. (Amis de Dieu, 300 et 149)