Qu’est-ce que la prière ? Comment s’y prend on ? Dieu, nous écoute-t-il, nous répond-il ?

Prier. Dans le Nouveau Testament, Jésus nous apprend à contacter Dieu Notre Père. Des milliers de personnes, tout au long des siècles, en ont fait l’expérience, cela dit, parfois nous ne savons pas nous adresser à Dieu ou nous ne sommes pas sûrs d’être écoutés.

La lumière de la Foi
Opus Dei - Qu’est-ce que la prière ? Comment s’y prend on ? Dieu, nous écoute-t-il, nous répond-il ?

Sommaire:

1. Puis-je parler avec Dieu, l'écouter ?

2. Comment dialoguer avec Dieu ? Que veut dire prier ?

3. Comment Jésus priait-il ?

4. Y a-t-il plusieurs façons de prier ?


1. Puis-je parler avec Dieu ? L’écouter ?

Bien sûr. Dans l’Ancien Testament, Abraham, Moïse et les prophètes s’adressaient à Dieu et l’écoutaient. Dans le Nouveau Testament, Jésus nous apprend à être en contact avec Dieu notre Père. Des milliers de personnes ont fait l’expérience de la prière tout au long des siècles.

Les saints sont un témoignage de ce que Dieu, à toute époque et en toute circonstance, nous cherche chacun de nous et que l’on peut lui répondre et entamer un vrai dialogue avec Lui.

“ Pour écouter le Seigneur, il faut apprendre à le contempler, à percevoir sa présence constante dans notre vie ; il faut s’arrêter pour dialoguer avec Lui, lui faire la place de notre prière. Chacun de nous, - vous aussi les garçons, les filles, les jeunes, si nombreux ce matin- , devrait se demander: quelle est la place que je laisse au Seigneur ? Est-ce que je m’arrête pour dialoguer avec Lui ? Depuis que nous étions petits, nos parents nous ont habitués à commencer et à terminer la journée avec une prière, pour nous élever dans l’idée que l’amitié et l’amour de Dieu nous accompagnent. Pensons donc davantage au Seigneur pendant nos journées !”. Pape François, audience du 1er mai 2013

2. Comment dialoguer avec Dieu ? Que veut dire prier ?

Tout homme est appelé à communiquer avec Dieu. Avec la création, Dieu appelle tout être du néant à l’existence. Et même après avoir perdu sa ressemblance avec Dieu, à cause de son péché, l’homme est toujours l’image de son Créateur. Il a toujours en lui le désir de Celui qui l’a créé et il le cherche.

Dieu appelle inlassablement toute personne à le rencontrer mystérieusement dans la prière. C’est Dieu qui prend l’initiative de la prière en suscitant chez nous le désir de le chercher, de lui parler, de partager notre vie avec Lui. Quelqu’un qui prie répond ainsi à cette initiative divine en étant prêt à écouter Dieu et à lui parler.

Autrement dit, quand on prie, lorsqu’on parle avec Dieu, c’est l’être humain tout entier qui s'engage. Pour désigner le lieu d’où jaillit la prière, les Saintes Écritures parlent parfois de l’âme ou de l’esprit et, le plus souvent, du cœur (plus de 1000 fois). C’est bien le cœur qui prie.

Le cœur est notre centre caché que seul Dieu est en mesure de sonder et de connaître. C’est le lieu de vérité, là où l’on choisit entre la vie et la mort. C’est le lieu de la rencontre avec Dieu, du contact personnel entre Dieu et chacun de nous.

La prière n’est pas qu’un bourgeon spontané d’un élan intérieur : pour prier, il faut vouloir prier et apprendre à prier. Nous apprenons à parler avec Dieu à travers l’Église, en écoutant la parole de Dieu, en lisant les Évangiles, et surtout, en imitant l’exemple de Jésus.

Catéchisme de l’Église Catholique, n 2559-256

Textes de saint Josémaria pour prier

“Minutes de silence”. — Laissez cela à ceux qui ont le cœur sec. Nous, les catholiques, enfants de Dieu, nous parlons à notre Père qui est aux cieux. Chemin, 115

Notre journée ne devrait pas être exempte de moments spécialement consacrés à parler à Dieu, moments où notre pensée s’élève vers lui, où les mots n’ont pas besoin de venir aux lèvres, parce qu’ils chantent déjà dans notre cœur. Réservons à cette pratique de piété un temps suffisant ; à heure fixe, si possible ; près du Tabernacle, en tenant compagnie à celui qui est resté là par Amour. Et s’il n’est pas possible de faire autrement, n’importe où, car notre Dieu se trouve de façon ineffable dans notre âme en état de grâce. Amis de Dieu, 249

Vois quel ensemble de raisons sans raison te présente l'ennemi, pour que tu abandonnes la prière: "je n'en ai pas le temps" — alors que tu es toujours en train de le perdre — "ce n'est pas pour moi", "j'ai le cœur sec". Le problème de la prière n'est pas de parler ou de ressentir, mais d'aimer. Et l'on aime en s'efforçant de dire quelque chose au Seigneur, même si on ne Lui dit rien. Sillon , 464

Chaque fois que nous ressentons en nos cœurs le désir de nous améliorer, le désir de répondre au Seigneur avec une plus grande générosité et que nous cherchons un guide, un point de repère sûr qui serve à notre vie de chrétien, l’Esprit Saint nous remet en mémoire ces paroles de l’Évangile : Puis il leur dit une parabole sur ce qu’il leur fallait toujours prier sans jamais se lasser. La prière est le fondement de toute œuvre surnaturelle ; avec la prière nous sommes tout-puissants et, s’il nous arrivait de négliger ce moyen, nous n’obtiendrions rien. Amis de Dieu, 238.

3. Comment Jésus priait-il ?

Dans le Nouveau Testament, c’est la prière filiale de Jésus qui est le modèle parfait de toute prière. Souvent tout seul, dans le secret, la prière de Jésus est une adhésion aimante à la volonté du Père jusqu’à la croix avec l’assurance totale d’être écouté.

Le Christ qui témoigne de sa communication permanente avec son Père, nous invite à faire de même. En son enseignement, Jésus instruit ses disciples pour qu’ils prient avec un cœur purifié, une foi vivante et persévérante, comme des enfants qui s’adressent à leur Père.

La prière de la Vierge Marie, en son Fiat et en son Magnificat, est l’offrande généreuse de tout son être dans la foi. Ainsi, notre Mère est, elle aussi, un modèle de prière, attentive à ce que Dieu tient à lui dire afin de lui répondre aisément.

L’Évangile de saint Luc a trois paraboles où Jésus parle de la prière :

“L’ami importun ”, qui nous invite à une prière insistante. “Frappez et l’on vous ouvrira”. Celui qui prie de la sorte, le Père du ciel “ lui accordera tout ce dont il a besoin”

“La veuve importune ”, centrée sur l’une des qualités de la prière: il faut toujours prier, sans se lasser, avec la patience de la foi.

“le pharisien et le publicain” concernant l’humilité du cœur qui prie : “ô mon Dieu, prends pitié de moi qui suis un pauvre pécheur”.

Catéchisme de l’Église Catholique, n 2566-2567; 2613-2622

Textes de saint Josémaria pour prier

Les scènes où Jésus-Christ parle à son Père sont si nombreuses qu’il n’est pas possible de nous arrêter à chacune d’entre elles. Mais il me semble que nous ne pouvons pas omettre de considérer les heures si intenses qui précèdent sa Passion et sa Mort, alors qu’il se prépare à consommer le Sacrifice qui va nous réconcilier avec l’Amour divin. Dans l’intimité du Cénacle, son Cœur s’épanche : il s’adresse au Père en suppliant, il annonce la venue du Saint-Esprit et encourage les siens à une ferveur continuelle dans la charité et la foi. Amis de Dieu, 240

Dans ta prière, je te conseille d’intervenir dans les scènes de l’Évangile, comme un personnage de plus. Représente-toi d’abord la scène ou le mystère, qui te servira à te recueillir et à méditer. Ensuite mets à contribution ton intelligence pour contempler un trait de la vie du Maître: son Cœur attendri, son humilité, sa pureté, son accomplissement de la Volonté du Père. Puis raconte-lui ce qui t’arrive d’ordinaire dans ce domaine, ce qui se passe chez toi, en ce moment. Demeure attentif. Il voudra peut-être t’indiquer quelque chose : c’est alors que viendront les motions intérieures, les découvertes, les reproches. Amis de Dieu, 253

C’est Jésus qui parle : “ Et moi je vous dis : demandez et l’on vous donnera; cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira. Prie. Quelle affaire humaine pourrait t’offrir plus de garanties de succès ? Chemin, 96

Que de grâce dans cette scène de l'Annonciation. Marie se recueille en prière... — combien de fois n'avons-nous pas médité cela ! Elle utilise ses cinq sens et toutes ses facultés pour parler avec Dieu. Et c'est dans la prière qu'elle apprend la Volonté divine ; et par la prière elle en f t l d sa vie: n'oublie pas l'exemple de la Sainte Vierge! Sillon, 481

4. Y a-t-il différentes façons de prier ?

Le Saint Esprit, qui nous apprend et nous rappelle ce que Jésus a dit, nous éduque dans notre vie de prière, il éveille chez nous des expressions nouvelles, des façons permanentes de prier : bénir Dieu, lui demander pardon, lui demander ce dont nous avons besoin, lui rendre grâces, le louer.

L’homme qui peut découvrir dans son cœur toutes les bénédictions que Dieu lui a fait partager. Il peut, à son tour, répondre à Dieu, source de ces bénédictions, avec sa prière de bénédiction. L’adoration est la première attitude de l’homme qui reconnaît, devant son Créateur, qu’il est une créature. La prière de demande invoque le pardon, recherche le Royaume et cherche à combler toute vraie nécessité.

La prière d’intercession est une prière en faveur de quelqu’un d’autre. Elle n’a pas de limites et touche même les ennemis. Elle est fondée sur la confiance en Dieu notre Père qui veut ce qu’il y a de mieux pour ses enfants et qui pourvoie à leurs nécessités.

Toute joie et toute peine, tout événement, peuvent être à la source de la prière d’action de grâces qui participe à celle du Christ et remplit ainsi la vie entière. Saint Paul conseillait cela aux Thessaloniciens: “ Rendez grâce en toute circonstance ” (1 Th 5, 18). La prière de louange, totalement désintéressée, s’adresse à Dieu, chante pour lui, lui rend gloire non seulement pour ce qu’Il a fait mais parce qu’IL EST.

Catéchisme de l’Église Catholique, n. 2644-2649

Textes de saint Josémaria pour prier

Tu m’as écrit : “ Prier, c’est parler avec Dieu. Mais de quoi ? ” — De quoi ? De lui, de toi : joies, tristesses, succès et défaites, nobles ambitions, soucis quotidiens…, faiblesses ! actions de grâces et demandes, Amour et réparation. En deux mots, le connaître et te connaître : “ se fréquenter ! ” Chemin, 91

"Prie pour moi", lui ai-je demandé comme je le fais toujours. Et il m'a répondu étonné: "mais vous arrive-t-il quelque chose?"
J'ai dû lui préciser que quelque chose nous arrive ou nous survient toujours à tous, à chaque instant; et j'ai ajouté que, lorsque la prière vient à manquer, il y a davantage de choses "qui se passent et qui lassent" Sillon, 479

J’aimerais que dans notre méditation d’aujourd’hui, nous nous persuadions une fois pour toutes de la nécessité de nous préparer à être des âmes contemplatives, en pleine rue, au milieu de notre travail, d’entretenir avec Dieu une conversation qui ne doit pas fléchir tout au long de la journée. C’est là le seul chemin si nous prétendons marcher loyalement sur les pas du Maître. Amis de Dieu, 238.

Cette recherche du Seigneur fait de toute notre journée une conversation intime et confiante. Je l’ai affirmé, je l’ai écrit bien souvent, et peu m’importe de le répéter, car notre Seigneur nous a fait savoir par son exemple que c’est le comportement le plus sûr : prier constamment, du matin au soir et du soir au matin. Quand tout se fait facilement : merci, mon Dieu ! Quand arrive un moment difficile : Seigneur, ne m’abandonne pas ! Et Dieu, doux et humble de cœur, n’oubliera pas nos supplications et ne restera pas non plus indifférent : Demandez et l’on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira. Amis de Dieu, 247.

Quelle assurance doit nous donner la Parole divine ! Je n’invente rien quand je ne cesse de répéter inlassablement ce conseil dans l’exercice de mon ministère sacerdotal. Il sort tout droit de la Sainte Écriture où je l’ai appris : Seigneur, je ne sais pas m’adresser à toi ! Seigneur, apprends-moi à prier ! C’est alors qu’on ressent l’assistance amoureuse du Saint-Esprit, lumière, feu, vent impétueux, qui fait jaillir la flamme et la rend propre à allumer des incendies d’amour. Amis de Dieu, 244