Pourquoi prie-t-on pour les défunts ?

Depuis le onzième siècle, le lendemain de la Toussaint est consacré à la prière pour les défunts. La prière pour les âmes du purgatoire, officialisée au 13e siècle, a des origines bibliques et correspondent, selon les propos de saint Josémaria, à un « devoir de justice ».

La prière pour les âmes du purgatoire dans l’enseignement de l’Eglise

Le deuxième concile de Lyon (1274) précisa en quoi pouvait consister l’état de purification après la mort :

« Pour ce qui est de certaines fautes légères, il faut croire qu'il existe avant le jugement un feu purificateur, selon ce qu'affirme Celui qui est la Vérité, en disant que si quelqu'un a prononcé un blasphème contre l'Esprit Saint, cela ne lui sera pardonné ni dans ce siècle-ci, ni dans le siècle futur (Mt 12,31 ) » rappelle le catéchisme de l’Eglise catholique (n°1031). L’Eglise en a tiré la conclusion logique qu’il y a donc des péchés pardonnés dans l’au-delà comme déjà en témoignait l’Ancien Testament.

«  Cet enseignement s'appuie aussi sur la pratique de la prière pour les défunts dont parle déjà la Sainte Ecriture: "Voilà pourquoi il (Judas Maccabée) fit faire ce sacrifice expiatoire pour les morts, afin qu'ils fussent délivrés de leur péché" ( 2M 12,46 )… » (ib. n°1032).

La messe pour les défunts

La première prière eucharistique (canon romain) dit : « Voici l'offrande que nous présentons devant toi, nous, tes serviteurs, et ta famille entière: dans ta bienveillance, accepte-la. Assure toi-même la paix de notre vie, arrache-nous à la damnation et reçois-nous parmi tes élus ». La coutume de prier pour les défunts avant la consécration est indiquée dans les Constitutions Apostoliques du quatrième siècle.

Si nous prions dans chaque messe pour les défunts, l’Eglise a voulu qu’après avoir célébré la gloire et le bonheur des saints nous nous préoccupions, lors d’une journée spécifique, des défunts qui ont encore besoin de nos prières et de nos sacrifices, non seulement ceux que nous connaissons mais aussi tous ceux qui n’ont plus personne sur terre pour se soucier d’eux.

A partir de 1915, en raison de l’hécatombe de la guerre, l’Eglise permit aux prêtres de célébrer trois messes pour les défunts le 2 novembre.

Saint Josémaria prie pour les défunts Chemin, 571 Les âmes bénies du purgatoire. — Par charité, par justice et par un égoïsme bien pardonnable — elles peuvent tant auprès de Dieu — tiens-en bien compte dans tes sacrifices et dans ta prière.   

Ah ! Si tu pouvais dire, en parlant d’elles : “ Mes bonnes amies, les âmes du purgatoire… ”

 Sillon, 889 : Le purgatoire, cette miséricorde de Dieu, destinée à purifier les défauts de ceux qui désirent s'identifier à Lui.