Méditation audio du Prélat de l’Opus Dei : La Lumière dont le monde a besoin

Dernière méditation audio de Mgr Fernando Ocáriz. « La lumière du Christ perce les ténèbres du péché et de la mort ! Jésus est ressuscité ! ».

Opus Dei - Méditation audio du Prélat de l’Opus Dei : La Lumière dont le monde a besoin

Retrouver les audios précédents

Audio 1 : Unis dans la dernière Cène
Audio 2 : le commandement nouveau du Seigneur
Audio 3 : le Christ, miroir de nos fragilités

Traduction des réflexions de Mgr Fernando Ocariz, prélat de l’Opus Dei, en préparation de la Semaine Sainte


« Lumen Christi ! » Lumière du Christ ! Ce sont les paroles que l'Église fait résonner à nos oreilles au début de la Veillée Pascale, qui commence dans l'obscurité de la nuit.

« Lumen Christi ! » L'invocation est répétée trois fois, tandis que les cierges des participants à la célébration liturgique sont allumés. La lumière du Christ perce les ténèbres du péché et de la mort ! Jésus est ressuscité ! C'est le message de joie que nous recevrons à nouveau dans quelques jours.

Au cours des jours précédents, nous avons médité sur le don total de Jésus pour nous : de l'institution de l'Eucharistie à la Dernière Cène jusqu'à la mort sur la Croix.

Maintenant, nous voyons comment l'obscurité du Calvaire n'a pas le dernier mot. Les saintes femmes, qui ont su accompagner le Seigneur au moment de la Passion, nous précèdent sur le chemin vers la lumière de la Résurrection. Jésus récompense l'affection qui les a poussées à vouloir embaumer son corps et en fait les premières messagères de la joie de Pâques.

Comme pour les saintes femmes, la nouvelle de la résurrection nous offre également une nouvelle lumière pour nos vies, dans ces moments si douloureux pour l'humanité. Saint Paul rappelle aux Romains que nous, chrétiens, si nous unissons à la mort du Seigneur « c'est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute puissance du Père, est ressuscité d'entre les morts » (Rm 6,4).

Pâques nous annonce que nous ne sommes pas liés par nos péchés passés, par le poids de nos erreurs précédentes, par les limites que nous remarquons dans nos vies, par les circonstances plus ou moins difficiles d'un moment comme maintenant. C'est pour cela que l'Apôtre dit encore : « de même vous aussi, pensez que vous êtes morts au péché, mais vivants pour Dieu en Jésus-Christ. » (Rm 6,11).

Alors que nous commémorons la résurrection de Jésus, nous voulons répondre à l'invitation du Seigneur à cheminer dans une nouvelle vie.

Mais quoi de neuf en réalité ? Le rythme de notre vie est généralement marqué par les mêmes choses qui se répètent : le travail, l’endroit où nous nous trouvons, les gens de toujours. Peut-être cela est-il plus évident encore pour ceux d'entre nous qui, ces jours-ci, sont contraints par la pandémie à ne pas quitter leur domicile.

En quoi consiste le sens de la nouveauté de Pâques ? Il consiste en la lumière de la foi qui se projette dans notre existence, qui est vivifiée par la charité et soutenue par l'espérance.

Saint Josémaria le souligne ainsi : « Cette certitude que la foi nous donne nous fait regarder ce qui nous entoure sous une nouvelle lumière, et, si tout reste identique, nous remarquons que tout est différent, car tout est une expression de l'amour de Dieu [1] ».

Oui, par la foi, nous savons que Jésus marche avec nous dans la vie quotidienne, nous faisant découvrir sa véritable signification et sa valeur. La foi nous fait rencontrer Jésus qui peut-être nous attend dans cet appel à l'aide d'un autre membre de la famille, dans ce service que nous pouvons rendre à un voisin, dans ce coup de fil à quelqu'un qui se sent seul ...

Par la foi, nous savons que le travail fait par amour est toujours précieux, car il devient une offrande à Dieu notre Père. Peut-être constatons-nous maintenant que beaucoup de choses échappent à notre contrôle et que nous ne pouvons pas compter uniquement sur nos forces pour réaliser ce que nous avons décidé de faire. Peut-être la tentation du découragement s'insinue-t-elle.

Cela peut nous aider de considérer que Jésus ressuscité est à nos côtés quand nous nous efforçons de travailler dans des circonstances défavorables, en pensant à notre famille et au monde entier. Si nous travaillons avec le Christ, tous nos efforts ont du sens, même lorsque les résultats que nous espérons n'arrivent pas, car l'écho des œuvres faites par amour atteint toujours le Ciel.

Après avoir annoncé aux saintes femmes la nouvelle de la résurrection de Jésus, l'ange ajoute : « et maintenant allez dire à ses disciples et à Pierre : Il vous précède en Galilée ; là vous le verrez, comme il vous l'a dit » (Mc 16, 7). Les disciples doivent retourner en Galilée, à l'endroit où tout a commencé, dans la terre qu'ils ont parcourue quotidiennement avec le Maître pendant les années de sa prédication.

Le même appel nous est également adressé : revenir à notre Galilée, à notre quotidien, mais en y apportant la lumière et la joie de Pâques.

Le Pape François l'a rappelé il y a quelques années : « Retourner en Galilée, c'est avant tout revenir à ce point incandescent où la grâce de Dieu m'a touché au début du voyage. Avec cette étincelle, je peux allumer le feu pour aujourd'hui, pour chaque jour, et apporter chaleur et lumière à mes frères et sœurs[2] ».Comme il est utile, en période de difficultés, de se souvenir des moments où le Seigneur a été présent dans nos vies, et de renouveler notre confiance en Lui !

Acceptons l'invitation du Seigneur. Considérons souvent le sens de la joie de Pâques – une joie compatible avec la souffrance –, recevons la lumière qu'Il veut nous donner et partageons-la autour de nous.

Comme les saintes femmes, annonçons avec joie la réalité du Christ vivant. Que cette certitude se reflète dans nos vies : dans la sérénité, dans l'espérance, dans la charité dont nous voulons emplir nos journées. Accourrons pour cela à l'intercession de Notre-Dame. Le jour de la résurrection, nous la contemplons, rayonnante de joie au retour de son Fils. Ce moment viendra aussi pour chacun de nous, et par la puissance de Dieu, si nous sommes fidèles, nous vivrons pour toujours en Jésus-Christ.

Ecouter en langue espagnole



Accéder à toutes les méditations audio


[1]Quand le Christ passe, 144

[2]Homélie en la Vigile Pascale, 19-IV-2014