Évangile du 22 juillet : Sainte Marie-Madeleine

Commentaire de la fête de Sainte Marie-Madeleine. Marie-Madeleine alla annoncer aux disciples : "J'ai vu le Seigneur ! -J'ai vu le Seigneur !". Si l'on voulait résumer sa vie en un mot, ce serait l'amour. C'est ce qui l'a conduit à une recherche incessante du Christ, qui lui a permis d'être le premier témoin de sa Résurrection, qui l'a amenée à devenir l'apôtre des apôtres.

Opus Dei - Évangile du 22 juillet : Sainte Marie-Madeleine

Évangile (Jean 20, 1-2 ; 11-18)

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Et en pleurant, elle se pencha vers le tombeau. Elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l’un à la tête et l’autre aux pieds, à l’endroit où avait reposé le corps de Jésus.

Ils lui demandent :

« Femme, pourquoi pleures-tu ? »

Elle leur répond :

« On a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l’a déposé. »

Ayant dit cela, elle se retourna ; elle aperçoit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus.

Jésus lui dit :

« Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? »

Le prenant pour le jardinier, elle lui répond :

« Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as déposé, et moi, j’irai le prendre. »

Jésus lui dit alors :

« Marie ! »

S’étant retournée, elle lui dit en hébreu :

« Rabbouni ! », c’est-à-dire : Maître.

Jésus reprend :

« Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. »

Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples :

« J’ai vu le Seigneur ! »,

et elle raconta ce qu’il lui avait dit.


Commentaire

Dans le Cantique des Cantiques, il est dit que "Un homme donnerait-il toutes les richesses de sa maison pour acheter l’amour, il ne recueillerait que mépris. " (8:7).

Celui qui prétend qu'il existe une richesse supérieure à l'amour n'a tout simplement rien compris.

Celui qui donnerait quelque chose en échange d'un amour qui n'est pas de l'amour, n'a tout simplement rien donné.

C'est ce que nous enseigne sainte Marie-Madeleine : que, comme le disait saint Josémaria, " il n'y a d'autre amour que l'Amour ". (Chemin, 417).

La préface que l'Église utilise pour louer Dieu dans la messe d'aujourd'hui résume le parcours de cette sainte : on y lit que le Christ ressuscité est apparu à Marie Madeleine de façon évidente dans le jardin, car elle l'a aimé dans la vie, l'a vu mourir sur la Croix, l'a cherché couché dans le tombeau, et a donc été la première à l'adorer après sa résurrection. Le texte conclut que ce chemin a conduit Dieu à l'honorer en lui confiant la mission d'être "apostolorum apostola", l'apôtre des apôtres, afin que la bonne nouvelle de la vie nouvelle atteigne les extrémités de la terre.

"Si tu veux connaître une personne, demande-lui non pas ce qu'elle pense, mais ce qu'elle aime". Cette phrase bien connue, attribuée à Saint Augustin, nous permet de nous rendre compte que nous savons tout sur Marie Madeleine : peut-être ne connaissons-nous pas beaucoup de traits de sa biographie, si ce n'est que Jésus avait chassé d'elle sept démons (cf. Lc 8,2), mais nous découvrons ce qui est fondamental dans les jours cruciaux de la vie du Seigneur : elle ne s'est séparée de Lui ni sur la Croix ni dans le tombeau, et c'est pourquoi Dieu l'a unie à elle pour toujours dans l'heureux événement de la Résurrection.

Il est significatif que la seule femme qui partage et surpasse tous ces attributs de Madeleine porte le même nom : Marie, la Mère de Jésus. En effet, ces deux femmes ont été choisies par le Seigneur pour une mission spécifique : aimer en vivant, vivre en aimant. Et pour que le feu marque dans leur cœur le chemin de tous ceux qui viendront après eux.