“Rendre la vie agréable aux autres”

Tant que tu resteras convaincu que les autres doivent toujours vivre en fonction de toi, tant que tu ne te décideras pas à servir — à te cacher et à disparaître — la fréquentation de tes frères, de tes collègues, de tes amis, sera pour toi une source continuelle de contrariétés, de mauvaise humeur...: d'orgueil. (Sillon, 712)

Quand il t'en coûte de faire une faveur, de rendre un service à quelqu'un, dis-toi qu'il est enfant de Dieu, rappelle-toi que le Seigneur nous a commandé de nous aimer les uns les autres. — Plus encore: approfondis chaque jour ce précepte évangélique; ne reste pas à la surface. Tires-en les conséquences (c'est si facile) et adapte ta conduite de chaque instant à ces exigences. (Sillon, 727)

Jour après jour, en âme généreuse, tu dois apprendre à renoncer à tes goûts, en restant joyeux et discret, afin de servir les autres et de leur rendre la vie agréable. — Agir ainsi, telle est la vraie charité du Christ. (Forge, 150)

Si nous laissons le Christ régner en notre âme nous ne dominerons pas les hommes, mais nous les servirons. Service. Comme j'aime ce mot! Servir mon Roi et, pour Lui, tous ceux que son sang a rachetés! Si les chrétiens savaient servir! Confions au Seigneur notre décision d'apprendre à accomplir cette mission de service, car ce n'est qu'ainsi que nous pourrons connaître le Christ et L'aimer. Le faire connaître et Le faire aimer.

Comment Le ferons-nous connaître? D'abord par l'exemple. Rendons-Lui témoignage en nous soumettant volontairement à Lui dans toutes nos activités, car Il est Seigneur de toute notre vie, car Il est la raison unique, la raison dernière de notre existence. Ensuite, après avoir témoigné par notre exemple, nous serons en mesure de parler de sa doctrine afin de la transmettre. Le Christ n'a pas agi autrement. Cœpit facere et docere, Il a d'abord enseigné par ses œuvres, puis par sa prédication divine. (Quand le Christ passe, 182)