“Je ressentirai la chaleur de ta divinité”

Lorsque l'on travaille pour Dieu, il faut avoir un "complexe de supériorité", t'ai-je dit. Et tu m'as demandé: mais n'est-ce pas là une manifestation d'orgueil? — Eh bien non! C'est une conséquence de l'humilité, d'une humilité qui me fait dire: Seigneur, Tu es qui Tu es. Moi, j'en suis la négation.

Toi, tu as toutes les perfections: le pouvoir, la force, l'amour, la gloire, la sagesse, l'empire sur toutes choses, la dignité... Mais moi, si je m'unis à Toi, comme un enfant qui se blottit dans les bras vigoureux de son père ou dans le giron si merveilleux de sa mère, je ressentirai la chaleur de ta divinité, les lumières de ta sagesse, je sentirai ta force circuler dans mes veines. (Forge, 342)

Je vous rappelle que, si vous êtes sincères, si vous vous montrez tels que vous êtes, si vous vous divinisez, à force d'humilité et non d'orgueil, nous nous sentirons sûrs, vous et moi, dans n'importe quel milieu, nous pourrons toujours parler de victoires et nous aurons droit au nom de vainqueurs. Grâce à ces victoires intimes de l'amour de Dieu, qui apportent la sérénité, le bonheur de l'âme, la compréhension.

L'humilité nous poussera à mener à bien de grandes entreprises; mais à la condition que nous ne perdions pas de vue la conscience de notre petitesse, avec une conviction chaque jour plus grande de notre pauvre indigence. (…) (Amis de Dieu, 106)