Le Collège ecclésiastique International Sedes Sapientiae

Le fondateur de l'Opus Dei avait étudié la possibilité d'instituer, auprès du Siège de Pierre, un Collège pour la formation des candidats au sacerdoce. Ce « rêve » a été transformé en réalité par Mgr Alvaro del Portillo.

Initiatives sociales

Le Collège Ecclésiastique International Sedes Sapientiae est un séminaire érigé par le Saint-Siège, destiné à la formation à Rome des candidats au sacerdoce issus de tous les diocèses du monde. La direction du Collège Ecclésiastique a été confiée à la Prélature de l'Opus Dei .

En octobre 1990, les évêques, réunis en synode avec le Pape, ont souligné l'urgente nécessité de promouvoir la recherche de vocations sacerdotales et d'assurer une solide formation intellectuelle et spirituelle aux candidats au sacerdoce. Le Collège Ecclésiastique International Sedes Sapientiae se propose d'offrir une réponse concrète à ces exigences.

Les étudiants du collège Sedes Sapientiae sont envoyés par leurs évêques respectifs, soit parce qu'ils ne disposent pas dans leur pays de structures adéquates pour suivre les études nécessaires en vue du sacerdoce, soit en prévision d 'une formation universitaire dans les universités pontificales romaines.

Le fait que le Collège Ecclésiastique ait son siège à Rome favorise une perception vive de l'unité et de l'universalité de l'Église. La vie au séminaire est caractérisée par une atmosphère de confiance et de liberté, compatibles avec les exigences de la vie de séminariste ou de prêtre étudiant ; on y trouve une ambiance d'étude sérieuse, joyeuse et responsable. De plus, la vie en commun dans le climat international du Collège Sedes Sapientiae stimule chez les étudiants une attitude d'ouverture et de compréhension envers les autres cultures.

Au cœur de Rome

Le Collège Sedes Sapientiae a été érigé en 1990, et depuis, le nombre d’étudiants progresse régulièrement. Dix ans plus tard, au cours de l’année 2000, Sedes Sapientiae a été transféré dans son siège définitif, l’ancien conservatoire Saint Pascal Baylon, situé dans le Trastévère, à quelques minutes de Saint-Pierre et de la place Navone, et donc proche de l'Université Pontificale de la Sainte-Croix. Cette nouvelle installation a permis d 'augmenter le nombre de places pour les étudiants et de mieux répondre aux demandes d'admission.

Bien sûr, ce collège est le fruit du travail d’un grand nombre de personnes du monde entier. Dernièrement, le prélat de l’Opus Dei remerciait tous ceux qui ont aidé, et qui aident encore ce projet :

« Je désire remercier la collaboration qu'offrent les bienfaiteurs. Sans leur aide, petite ou grande, mais toujours fruit de l'amour de Dieu et de la vénération du sacerdoce, il ne serait pas possible de mener à leur terme toutes les bonnes choses réalisées pour servir l'Église par l'intermédiaire de l'Université Pontificale de la Sainte-Croix et du Collège Ecclésiastique International Sedes Sapientiae. »

« Avec leur collaboration, et en particulier grâce au soutien de leur prière et de leur affection, un grand nombre de jeunes du monde entier se préparent au sacerdoce;ils répandront la semence de l'Évangile dans leurs pays et, de façon particulière, dans ces lieux où l'Église est encore en phase d'implantation ou commence à faire ses premiers pas ».

« Prêtres à cent pour cent »

Le Recteur de Sedes Sapientiae, Mgr Pedro Huidobro.

Pour connaître un peu mieux la vie au sein du Collège, nous avons interrogé plusieurs personnes qui y vivent, à commencer par le Recteur, Mgr Pedro Huidobro

« Comme les autres collèges et séminaires qui existent à Rome, nous offrons aux élèves la formation spirituelle, humaine, liturgique et pastorale demandée par l’Église pour ses futurs prêtres », déclare Mgr Huidobro. « Nous nous engageons spécialement pour que la formation scientifico-doctrinale qu'ils reçoivent auprès des Facultés de Philosophie et de Théologie de l'Université Pontificale de la Sainte-Croix soit convenablement assimilée et donne une base solide au futur ministère sacerdotal. »

« Notre action se veut un service aux Églises particulières et à l'Église Universelle : voilà le vrai but, la finalité du travail que nous poursuivons. C'est pourquoi nous cherchons à promouvoir auprès des séminaristes, outre un profond amour de leur diocèse, une communion affective et effective avec l'Église Universelle et avec le Souverain Pontife. Nous voulons qu'ils aspirent à devenir, suivant les mots de saint Josémaria, des ‘prêtres à cent pour cent '».

Le père Daniel Kimutai Rono.

Le père Daniel Kimutai Rono, originaire du diocèse de Nakuru, au Kenya, nous livre un sentiment très personnel :

« Quand je pense à l'ambiance du Séminaire à Rome, je pense à une atmosphère particulière qui suscitait l'interaction fraternelle, favorisant l'échange d'idées et d'expériences pastorales, une atmosphère qui enrichissait notre vision de la foi chrétienne et de la même vocation sacerdotale, et qui nous aidait à apprécier de façon croissante la valeur de la donation personnelle dans la vie d'oraison et dans l'offrande de notre ministère sacerdotal ».

« Au Séminaire Sedes Sapientiae j'ai expérimenté l'importance de la spiritualité christocentrique », raconte le père Jozef Halko, de l’archidiocèse de Bratislava, en Slovaquie, « c'est-à-dire la nécessité d'un rapport personnel avec Jésus. Et c'est cela que nous devons expliquer aux personnes qui viennent du communisme : que le point de départ de toutes les valeurs, y compris matérielles, c 'est Jésus et son Évangile ».

Quant au père Thomas Thanikkal, du diocèse de Palakkad, en Inde il nous transmet le témoignage suivant :

« Je rends grâce à Dieu de m'avoir donné l'occasion unique d'être formé au centre de la chrétienté, à proximité du successeur de Saint Pierre. Au long de ces années j'ai fait la connaissance de beaucoup d'amis, de cultures et de langues diverses, qui se préparaient intensément à être prêtres. Je remercie tous les bienfaiteurs pour les prières et les aides qu'ils m'ont offertes durant cette période ».

Des encouragements

Plusieurs évêques ont exprimé leur reconnaissance devant le travail réalisé par Sedes Sapientiae :

« Je me suis réjouis de cette rencontre avec une communauté animée d 'une grande joie et d’un profond ‘sensus Ecclesiae ' ». affirme le Cardinal Giovanni Battista Re.

Mgr Fernando Sáenz Lacalle, archevêque de San Salvador, n’hésite pas à dire que « les prêtres de notre temps ont besoin, plus encore qu 'autrefois, d'une formation profonde et complète. Nous avons confiance dans l'Université Pontificale de la Sainte-Croix, directement et à travers ses diverses institutions, parmi lesquelles se trouve le Collège Ecclésiastique International Sedes Sapientiae , parce qu'elles fournissent cette formation intégrale : nous espérons que les prêtres ainsi formés pourront être à leur tour de bons formateurs dans nos séminaires ».

Mgr Antanas Vaicius, entouré de quelques séminaristes de son diocèse

Enfin, Mgr Antanas Vaicius, Evêque de Telsiai, en Lituanie, assure que « pour un séminariste, Rome est un lieu privilégié pour parcourir le chemin vers le sacerdoce. Néanmoins je dois dire que ce qui me pousse le plus à envoyer des séminaristes à Rome est surtout ma grande confiance dans l'Université Pontificale de la Sainte-Croix et dans le Collège Ecclésiastique Sedes Sapientiae ».