Au fil de l’Évangile du Jeudi saint : "Jésus lave les pieds"

Commentaire du Jeudi Saint. "Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres.". Par le geste du lavement des pieds, nous apprenons à nous laisser sauver par Jésus, à accompagner les autres dans leur cheminement et à adorer l'Eucharistie.

Opus Dei - Au fil de l’Évangile du Jeudi saint : "Jésus lave les pieds"

Évangile (Jean 13, 1-15)

Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout.

Au cours du repas, alors que le diable a déjà mis dans le cœur de Judas, fils de Simon l’Iscariote, l’intention de le livrer, Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu, se lève de table, dépose son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ; puis il verse de l’eau dans un bassin. Alors il se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture.
Il arrive donc à Simon-Pierre, qui lui dit :
« C’est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? »
Jésus lui répondit :
« Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. »
Pierre lui dit :
« Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! »
Jésus lui répondit :
« Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi. »
Simon-Pierre lui dit :
«Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête!»
Jésus lui dit :
« Quand on vient de prendre un bain, on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, mais non pas tous. »
Il savait bien qui allait le livrer ; et c’est pourquoi il disait :
« Vous n’êtes pas tous purs. »

Quand il leur eut lavé les pieds, il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit :
«Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ? Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous.»


Commentaire

En cette solennité, nous rappelons l'institution du sacerdoce et de l'Eucharistie, deux sacrements profondément liés l'un à l'autre.

L'Église, suivant une tradition de plusieurs siècles, recommande pendant la messe de la Cène le rite du lavement des pieds, en continuité avec l'Évangile qui est proclamé dans cette célébration.

Le geste de Jésus lors de la dernière Cène s'inspire d'un détail de l'hospitalité commun à de nombreuses cultures orientales, de l'utilisation de sandales sur les routes poussiéreuses de ces contrées. Dans l'Ancien Testament, Abraham insiste pour laver les pieds des trois voyageurs qui passent devant sa maison (Gn 18,4) et parmi les premiers chrétiens, ceux qui "pratiquaient l'hospitalité et lavaient les pieds des saints" (1 Tm 5,10) étaient estimés pour leurs bonnes actions.

Cependant, en ce moment particulier d'adieu à ses apôtres, les paroles du Maître donnent à ce geste une signification plus profonde. Le lavement des pieds est une manifestation d'humilité et de service, dans un certain sens il anticipe l'humiliation finale de la croix salvatrice qui aura lieu quelques heures plus tard.

La première chose que Jésus demande à ses disciples est de le laisser leur laver les pieds. Tout comme il demande à tous les chrétiens de se laisser servir, de se laisser sauver par le Fils de Dieu sans aucun mérite de notre part. La prémisse de toute démarche chrétienne est de recevoir le salut, le pardon de Dieu : "Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi ».

L'étape suivante consiste à "se laver les pieds les uns aux autres", ce qui est comme une variante du commandement de l'amour, "que vous vous aimiez les uns les autres". Dans cette invitation du Seigneur, nous pouvons voir l'importance de prendre soin et d'accompagner le chemin des autres. Les pieds, en effet, sont le moyen de marcher, ils sont l'image de notre marche à la suite de Jésus. Laver les pieds de nos frères et sœurs signifie donc se sentir responsable de leur fidélité, servir chacun avec joie, mettre "ton coeur à même sur le sol, afin que les autres puissent le fouler à leur aise" (Saint Josémaria, Chemin de Croix IX, 1).

Il existe une dernière possibilité, non explicite dans ce passage, mais que nous pouvons tirer d'une autre page de l'Évangile : laver nous-mêmes les pieds de Jésus. C'est l'épisode de la femme qui baigne les pieds du Seigneur de ses larmes, les essuie avec ses cheveux, les embrasse et les oint de parfum (Lc 7,44-47). Jésus a des mots de louange pour la manifestation du grand amour de cette pécheresse : "ses nombreux péchés sont pardonnés, car elle a beaucoup aimé". Ce geste peut être considéré comme l'inauguration du culte eucharistique qui, ce soir, sera offert de manière spéciale dans toutes les églises du monde.