Au fil de l’Évangile de samedi : recueillement

Commentaire du samedi de la 5ème semaine de Carême. " il partit pour la région proche du désert, dans la ville d’Éphraïm où il séjourna avec ses disciples." En imitant notre Seigneur, considérons l'importance de vivre le recueillement pour bien se préparer à la Semaine Sainte et à la grande fête de Pâques.

Opus Dei - Au fil de l’Évangile de samedi : recueillement

Évangile (Jean 11, 45-57)

En ce temps-là, quand Lazare fut sorti du tombeau, beaucoup de Juifs, qui étaient venus auprès de Marie et avaient donc vu ce que Jésus avait fait, crurent en lui.

Mais quelques-uns allèrent trouver les pharisiens pour leur raconter ce qu’il avait fait.

Les grands prêtres et les pharisiens réunirent donc le Conseil suprême ; ils disaient :

« Qu’allons-nous faire ? Cet homme accomplit un grand nombre de signes. Si nous le laissons faire, tout le monde va croire en lui, et les Romains viendront détruire notre Lieu saint et notre nation. »

Alors, l’un d’entre eux, Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là, leur dit :

« Vous n’y comprenez rien, vous ne voyez pas quel est votre intérêt : il vaut mieux qu’un seul homme meure pour le peuple, et que l’ensemble de la nation ne périsse pas. »

Ce qu’il disait là ne venait pas de lui-même ; mais, étant grand prêtre cette année-là, il prophétisa que Jésus allait mourir pour la nation ; et ce n’était pas seulement pour la nation, c’était afin de rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés.

À partir de ce jour-là, ils décidèrent de le tuer. C’est pourquoi Jésus ne se déplaçait plus ouvertement parmi les Juifs ; il partit pour la région proche du désert, dans la ville d’Éphraïm où il séjourna avec ses disciples.

Or, la Pâque juive était proche, et beaucoup montèrent de la campagne à Jérusalem pour se purifier avant la Pâque. Ils cherchaient Jésus et, dans le Temple, ils se disaient entre eux :

« Qu’en pensez-vous ? Il ne viendra sûrement pas à la fête ! »

Les grands prêtres et les pharisiens avaient donné des ordres : quiconque saurait où il était devait le dénoncer, pour qu’on puisse l’arrêter.


Commentaire

Dans ce passage, saint Jean nous fait connaître les intentions des adversaires du Seigneur pratiquement à la veille de la Passion, c'est-à-dire pour nous à la veille de la Semaine Sainte, qui l'actualise et la commémore. Il est évident que chacune de ces discussions mériterait un long commentaire. Aujourd'hui, cependant, nous allons fixer notre attention sur un détail qui semble secondaire mais qui est d'une grande importance. Surtout à notre époque, tellement dominée par les images et toutes sortes de bruits, dus en grande partie aux nouvelles technologies.

L'évangéliste précise que les Juifs " à partir de ce jour-là, décidèrent de le mettre à mort ". Que fait-il quand il le découvre ? "Alors Jésus n'allait plus en public parmi les Juifs, mais il se retira de là dans une région proche du désert, dans une ville appelée Éphraïm." Dans sa réaction, on peut voir une certaine prudence, puisque l'heure de son sacrifice, fixée par le Père et non par les hommes, n'était pas encore venue. Une telle interprétation est sans doute légitime.

Cependant, nous pouvons aussi penser à quelque chose de plus profond et de plus spirituel, quelque chose qui peut nous aider dans notre préparation à la Semaine Sainte à participer pleinement aux cérémonies du Saint Triduum. Comme en tant d'autres occasions, le Seigneur ressent le besoin de se recueillir, de se plonger dans son cœur pour affronter la terrible épreuve de la Passion. Les Pères de l’Église et les auteurs de livres de spiritualité ont souvent souligné l'intensité de sa vie de prière. Nous en avons ici une nouvelle preuve.

Comme but concret de notre prière, nous pourrions penser à un point du livre Chemin de saint Josémaria : " Recueille-toi. - Recherche Dieu en toi et écoute-le" (n° 319). Nous devrions essayer de nous recueillir à la veille de la Semaine Sainte et tout au long de celle-ci, en suivant peut-être les conseils du Pape Saint Jean Paul II. En effet, ceux d'entre nous qui sont plus âgés se souviennent qu'il a proposé un "jeûne de la télévision" aux chrétiens. Il est clair que sa suggestion peut également s'appliquer aux nouveaux moyens de communication : smartphones, ordinateurs, etc. et, surtout, aux connexions Internet. Demandons donc à la Vierge Marie de nous aider à conserver toutes ces choses, en les méditant dans notre cœur (cf. Lc 1, 19).