“Une merveille cachée, la vie intérieure”

Jusqu'à présent tu n'avais pas compris le message que nous, les chrétiens, nous apportons aux autres hommes: une merveille cachée, la vie intérieure. — Un monde nouveau: voilà maintenant ce que tu leur présentes! (Sillon, 654)

Que de choses nouvelles tu as découvertes! Malgré tout parfois tu es un naïf, et tu penses que tu as tout vu, que tu es déjà au courant de tout... Puis, tu touches de tes propres mains la richesse unique et insondable des trésors du Seigneur, qui te montrera toujours "des choses nouvelles", si tu réponds avec amour et délicatesse: tu comprends alors que tu te trouves au début de ton chemin, car la sainteté consiste à s'identifier à Dieu, à notre Dieu, qui est infini, inépuisable. (Sillon, 655)

Ne nous leurrons pas... — Dieu n'est pas une ombre, un être lointain, qui nous crée puis nous abandonne; ce n'est pas un maître qui s'en va et ne revient plus. Bien que nous ne le percevions pas avec nos sens, son existence est beaucoup plus vraie que celle de toutes les réalités que nous touchons et voyons. Dieu est ici, avec nous, présent, vivant: Il nous voit, Il nous entend, Il nous dirige et Il contemple nos moindres actions, nos intentions les plus cachées.

Nous croyons bien sûr..., mais nous vivons comme si Dieu n'existait pas! Parce que nous n'avons pour Lui ni une pensée, ni un mot; parce que nous ne Lui obéissons pas, et que nous n'essayons pas de dominer nos passions; parce que nous ne Lui exprimons pas notre amour, et que nous ne Lui offrons pas réparation pour nos fautes...

— Allons-nous toujours vivre d'une foi morte? (Sillon, 658)