Je m'appelle Escrivá et j'ecris beaucoup

Avec ce jeu de mots, saint Josémaria dépeignait un aspect de sa vie: il écrivait au fil de ce que lui demandaient sa vie et la mission reçue de Dieu. Voici une étude historico-biographique sur les écrits de saint Josémaria parue dans Studia et Documenta, n. 3

Bibliographie et essais

Le Prof. Dr. José Luis Illanes

Avec ce jeu de mots, saint Josémaria dépeignait un aspect de sa vie: il écrivait au fil de ce que lui demandaient sa vie et la mission reçue de Dieu. Voici une étude historico-biographique sur les écrits de saint Josémaria parue dans Studia et Documenta, n. 3

Télécharger intégralement l’article en pdf: "Oeuvre écrite et prédication de saint Josémaria Escriva de Balaguer"

Description

Dans ce travail nous suivrons le critère soi-disant historico-biographique. On ne doit pas oublier que saint Josémaria a laissé derrière lui une très large production littéraire (« Escriva écrit », a-t-il dit parfois en faisant un jeu de mots avec son nom) qui témoigne non seulement de sa force spirituelle et de son acuité d’expression, mais aussi de la maîtrise de la langue et de son style soigné. Cependant, il ne fut pas un littéraire ou un écrivain dans le sens habituel du terme. Il n’écrit pas pour écrire ou pour faire vivre une œuvre de création littéraire, mais au service de ce qui fut le soubassement et le but de toute sa vie : sa condition sacerdotale et l’accomplissement de la mission reçue le 2 octobre 1928, c'est-à-dire la promotion d’une vie chrétienne effective au cœur du monde parmi des hommes et des femmes aux conditions et aux cultures les plus diverses.

Ses écrits jaillissent de ce fait, non seulement en connexion avec le déroulement de sa vie et de sa mission, mais en relation stricte avec ce que cette vie et cette mission lui réclamaient petit à petit.

Il n’écrit pas pour écrire ou pour faire vivre une œuvre de création littéraire, mais au service de ce qui fut le soubassement et le but de toute sa vie : sa condition sacerdotale et l’accomplissement de la mission reçue le 2 octobre 1928, c'est-à-dire la promotion d’une vie chrétienne effective au cœur du monde parmi des hommes et des femmes aux conditions et aux cultures les plus diverses.

Le déroulement de la vie de saint Josémaria, confirmé par l’analyse de la documentation d’archives, permet de différencier deux périodes de production littéraire spécialement intense (depuis les débuts de l’Opus Dei jusqu’à l’année 1946 et une deuxième période, depuis la fin des années 1950 jusqu’à sa mort, entre lesquelles se situe un laps de temps où le volume de sa production écrite diminue. Notre exposé s’ajustera à ce schéma et il gardera à tout moment le caractère d’introduction auquel nous faisions allusion.

Voici deux observations complémentaires avant de commencer cet exposé

a) Notre but est de donner une vision d’ensemble de l’œuvre de saint Josémaria en ajoutant quelques références documentaires basiques, mais sans faire des analyses de détails qui seront réservées aux éditions critiques à prévoir. Nous considérerons la totalité de l’œuvre de saint Josémaria ainsi que sa prédication orale, en n’excluant que deux types d’écrits qui, par leur nature, demandent d’être traités spécifiquement : l’épistolaire (plusieurs milliers de lettres) et les documents juridiques, c’est-à-dire, les statuts qui ont réglé la vie de l’Opus Dei tout au long de son itinéraire juridique (2) ;

b) La connexion profonde entre la production littéraire et la vie du fondateur de l’Opus Dei demande une référence au contexte historique dans lequel se situent ses différents écrits. De ce fait, nous avons considéré qu’il fallait inclure un bref panorama historique au début de chacun des trois grands apartés de notre étude, tout comme au début de quelques uns des sous-apartés. Nous nous limiterons, logiquement, — autrement cela prolongerait de façon non nécessaire cet exposé — à quelques lignes générales, et offrirons éventuellement en note quelques références bibliographiques, très succinctes aussi.

José Luis Illanes Maestre. Professeur émérite de Théologie Morale et Spirituelle à la faculté de Théologie de l’Université de Navarre, dont il fut le doyen pendant plusieurs années. Directeur de l’Institut historique Saint-Josémaria-Escriva-de-Balaguer depuis sa création. Prélat d’honneur de Sa Sainteté et membre de l’Académie Pontificale de Théologie, ainsi que de plusieurs associations scientifiques internationales. Parmi ses œuvres, nous trouvons La sanctificación del trabajo (Madrid, 1966), Historia y sentido. Estudios de Teología de la historia (Madrid, 1997), Ante Dios y en el mundo. Apuntes para una teología del trabajo (Pamplona, 1997), Jalones para una reflexión teológica sobre el Opus Dei (Pamplona, 2003), Tratado de Teología espiritual (Pamplona, 2007).