Commentaire de l'Évangile : Il sera appelé Nazaréen

Évangile du dimanche de l'Octave de Noël : Sainte Famille (cycle A) et son commentaire.

Opus Dei - Commentaire de l'Évangile : Il sera appelé Nazaréen

Évangile (Mt 2,13-15; 19-23)

« Après leur départ, voici qu’un ange du Seigneur apparut à Joseph pendant son sommeil, et lui dit : ‘ Lève-toi, prends l’Enfant et sa mère, fuis en Egypte, et restes-y jusqu’à ce que je t’avertisse ; car Hérode va rechercher l’Enfant pour le faire périr. ‘ Joseph se leva, et la nuit même, prenant l’Enfant avec sa mère, il se retira en Egypte. Et il y resta jusqu’à la mort d’Hérode, afin que s’accomplît ce qu’avait dit le Seigneur par le Prophète : ‘ J’ai rappelé mon fils d’Egypte. ‘

(…) Hérode étant mort voici qu’un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph dans la terre d’Egypte, et lui dit : ‘ Lève-toi, prends l’Enfant et sa mère, et va dans la terre d’Israël, car ceux qui en voulaient à la vie de l’Enfant sont morts. ‘ Joseph s’étant levé, prit l’Enfant et sa mère, et vint dans la terre d’Israël. Mais apprenant qu’Archélaüs régnait en Judée à la place d’Hérode, son père, il n’osa y aller, et, ayant été averti en songe, il se retira dans la Galilée et vint habiter une ville nommé Nazareth, afin que s’accomplît ce qu’avaient dis les prophètes : ‘ Il sera appelé Nazaréen. ‘ »


Commentaire

L'Évangile de la fête liturgique de la Sainte Famille reprend deux passages du récit de l'enfance selon saint Matthieu : la fuite en Égypte, à cause d'Hérode, et le retour de la Sainte Famille sur la terre d'Israël, à Nazareth. Matthieu s'attache à montrer que les événements dramatiques de la vie cachée de Jésus et les événements plus ordinaires et courants se sont produits selon les Écritures. Ils avaient donc un sens profond prévu par la providence divine. En effet, si le peuple d'Israël devait fuir la menace de l'Egypte, comme le raconte le livre de l'Exode, maintenant l'Egypte sera, par un heureux contraste, le lieu de refuge du Messie. De là, Dieu l'appellerait comme un fils, pour retourner sur la terre d'Israël afin de sauver son peuple et les païens. Les indications divines et les décisions prises selon les circonstances conduiront Marie et Joseph à s'installer à Nazareth, où Jésus passera la plus grande partie de sa vie.

Sur l'événement dramatique de la fuite en Egypte, le Pape François a commenté un jour : " Aujourd'hui, l'Évangile nous présente la Sainte Famille sur le chemin douloureux de l'exil, cherchant refuge en Egypte. Joseph, Marie et Jésus font l'expérience de la condition dramatique des réfugiés, marquée par la peur, l'incertitude et le malaise (cf. Mt 2, 13-15.19-23). (...) Jésus a voulu appartenir à une famille qui a connu ces difficultés, afin que personne ne se sente exclu de la proximité amoureuse de Dieu. La fuite en Egypte causée par les menaces d'Hérode nous montre que Dieu est présent là où l'homme est en danger, où l'homme souffre, où il fuit, où il fait l'expérience du rejet et de l'abandon ; mais Dieu est aussi là où l'homme rêve, espère revenir dans sa patrie en liberté, planifie et choisit en fonction de la vie, de sa propre dignité et celle de sa famille". [1] Il découle de ce passage que les événements de notre vie n'échappent pas au regard attentif et aimant de Dieu, tout comme les événements de la vie de son Fils ne lui ont pas échappé. Tout ce qui nous arrive a un sens que nous devons comprendre et construire aussi par notre correspondance libre, même si, à première vue, ils nous semblent douloureux.

Même ces événements qui semblent ordinaires et banals ont une signification aux yeux de Dieu. En effet, comme le Pape continue à le dire: « aujourd'hui, notre regard sur la Sainte Famille est attiré aussi par la simplicité de sa vie à Nazareth. C'est un exemple qui fait beaucoup de bien à nos familles, et les aide à devenir de plus en plus une communauté d'amour et de réconciliation, où l'on fait l'expérience de la tendresse, de l'aide mutuelle et du pardon réciproque. »[2]

La Sainte Famille, et surtout saint Joseph, apparaissent dans cet Évangile comme un modèle d'amour par l'acceptation de la volonté divine et par l'effort pour la comprendre et la seconder. Grâce aux décisions de Marie et Joseph, le Fils de Dieu accomplira la volonté divine de vivre dans une famille normale, de mener une vie ordinaire pendant de nombreuses années et d'être appelé "Nazaréen". Comme l'expliquait saint Josémaria, " En grandissant et en vivant comme l’un d’entre nous, Jésus nous révèle que l’existence humaine, nos occupations courantes et ordinaires, ont un sens divin. Même si nous avons largement médité ces vérités, nous devons toujours admirer ces trente années de vie obscure qui constituent la plus grande partie de la vie de Jésus parmi ses frères les hommes. Années obscures, mais, pour nous, claires comme la lumière du soleil. Ou mieux, splendeur qui illumine nos journées et leur donne leur véritable dimension, puisque nous sommes des chrétiens courants, qui menons une vie ordinaire, semblable à celle de millions de gens dans les coins les plus divers du monde.

C’est ainsi que vécut Jésus durant trente ans : il était fabri filius (Mt 13, 55), le fils du charpentier. Viendront ensuite les trois années de vie publique, avec les cris des foules. Les gens s’étonnent : qui est cet homme ? Où a-t-il appris tant de choses ? Car sa vie avait été celle de tous dans son village natal. C’était le faber, filius Mariæ (Mc 6, 3) le charpentier, le fils de Marie. Et c’était Dieu, et voici qu’il réalisait la Rédemption du genre humain, en attirant toute chose à lui (Jn 12, 32). » [3]



[1] Pape François, Angelus, 29 décembre 2013

[2] Idem.

[3] Saint Josémaria, Quand le Christ passe, 14.