Saint Josémaria, citoyen d’honneur de la ville de Pampelune

Il y a cinquante ans, le 25 octobre 1960, la ville de Pampelune, en Espagne, remit à Josémaria Escriva de Balaguer le titre de citoyen d’honneur, à la salle des fêtes de l’Hôtel de Ville, en présence du nonce de sa Sainteté, mgr Hildebrand Antoniutti et de don Enrique Delgado, archevêque de Pampelune.

Il y a cinquante ans, le 25 octobre 1960, la ville de Pampelune, en Espagne, remit à Josémaria Escriva de Balaguer le titre de citoyen d’honneur, à la salle des fêtes de l’Hôtel de Ville, en présence du nonce de sa Sainteté, mgr Hildebrand Antoniutti et de don Enrique Delgado, archevêque de Pampelune.

Saint Josémaria remercie le maire et l'archevêque de Pampelune, ainsi que le nonce apostolique

Don Miguel Xavier Urmaneta, maire de Pampelune, s’est adressé à cet illustre citoyen : «Aujourd’hui notre joie est complète puisque ce qui lui manquait lui a été accordé. En effet, monseigneur est plein de vertus, mais il lui en manquait une : il n’était pas né à Pampelune. Désormais, il est Pampelonais […]. Je me permets de lui demander que, quant à nous, son esprit ne nous fasse jamais défaut, qu’il soit toujours près de nous pour nous aider dans notre travail quotidien, dans le train-train de tous les jours ».

Et saint Josémaria lui a répondu, entre autres : “J’ai un faible particulier, nous en avons tous quelques-uns, et mon faible c’est la Navarre. En effet cette terre féconde, peuplée de hêtres et champs de blé, avec sa foi inébranlable, son attachement à la tradition, son activité silencieuse et sa morale sans faille, semble avoir été spécialement préparée par Dieu pour y faire fructifier ces oeuvres d’apostolat universel qui, dans un ensemencement à pleines mains, espèrent procéder à une bonne récolte. Et c’est ce que l’Opus Dei est venu faire, avec de très larges visées ».

Dans la matinée avait eu lieu à l’ancien Réfectoire de la Cathédrale, l’acte académique solennel de proclamation du Studium Generale de Navarre, en tant qu’Université.

Dans le discours qu’il prononça à cette occasion, il parla brièvement du rôle de l’université :

« Nous tenons à faire de la Navarre un foyer culturel de premier plan au service de notre Mère l’Église. Nous voulons y former des hommes cultivés, ayant un sens chrétien de la vie, nous voulons qu’en ce climat propice à la réflexion sereine, l’on cultive la science enracinée dans les plus solides principes et que sa lumière soit projetée sur toutes les voies du savoir ».