Prière pour les familles des personnes de l'Opus Dei

Depuis 1951, l'Opus Dei prie avec une intensité particulière la Sainte Famille de Nazareth pour les familles des fidèles de l'Œuvre, le dimanche suivant Noël. Voici la prière et quelques notes sur son origine.

Opus Dei - Prière pour les familles des personnes de l'Opus DeiMgr Ocariz avec une famille

C'est une tradition qui se répète chaque année, depuis 1951, le jour où l'Église célèbre la solennité de la Sainte Famille. Ce jour-là, dans les centres de l'Œuvre à travers le monde, on demande à Dieu de bénir les familles des fidèles de l'Opus Dei.

En voici un extrait :

"Ô Jésus, notre très aimable Rédempteur, toi qui, en venant illuminer le monde par ton exemple et ta doctrine, as voulu passer la plus grande partie de ta vie soumis à Marie et à Joseph dans l'humble maison de Nazareth, sanctifiant la Famille qui devait devenir l'exemple de tous les foyers chrétiens : accueille avec bienveillance la consécration que nous te faisons maintenant des familles de tes enfants dans l'Opus Dei. Prends-les sous ta protection et sous ta garde, et fais qu'elles s'identifient au modèle divin de ta Sainte Famille. (...)

Accorde-leur, Seigneur, de mieux connaître chaque jour l'esprit de notre Opus Dei, auquel tu nous as appelés pour ton service et pour notre sanctification; inspire-leur un grand amour de notre Œuvre; fais qu'ils comprennent sous un jour de plus en plus clair la beauté de notre vocation, pour qu'ils ressentent une sainte fierté du choix que tu as daigné faire de nous, et pour qu'ils sachent te remercier de l'honneur dont tu les as gratifiés. Bénis tout spécialement la collaboration qu'ils prêtent à notre travail apostolique et fais qu'ils participent toujours à la joie et à la paix que nous accordes en récompense de notre don."


Comme le raconte Vázquez de Prada dans la biographie du Fondateur, la consécration a été faite pour la première fois pour répondre à une nécessité urgente, car les familles de certains des premiers fidèles de l'Œuvre étaient en proie à des doutes. C'est ce que saint Josémaria expose lui-même dans une lettre de 1951 :

"J'aimerais maintenant vous raconter, écrit-il, les détails de la consécration de l'Œuvre, ainsi que des familles de chacune et chacun de ses membres à la Sainte Famille, le 14 mai de cette année, dans l'oratoire -qui s'appelle désormais pour cette raison, de la Sainte Famille- encore sans murs, entre les planches et les clous, et le coffrage qui a maintenu les poutres et le plafond jusqu'à ce qu'il ait pris. Mais nous conservons des notes précises, rédigées à ce moment-là. Aussi je ne m'étends pas davantage ici.

Je vous dirai seulement que je pouvais uniquement en appeler au ciel pour faire face aux machinations diaboliques, permises par Dieu, de certaines personnes mal intentionnées qui ont fait signer à quelques pères de famille un document truffé de mensonges, en réussissant à le faire remettre au saint-père. Jésus, Maris et Joseph se chargèrent de faire passer l'orage sans qu'il déverse de grêle : tout a été tiré au clair".

Le recours à la Sainte Famille fit immédiatement sentir ses effets. La semaine au cours de laquelle le document fut présenté au Souverain Pontife, l'un des signataires se récusa. Les autres se rendirent compte de l'invraisemblance de l'expression utilisée pour dénoncer une "situation angoissante". Dorénavant, ils n'opposèrent aucun obstacle à leurs enfants et le Seigneur rétablit la paix dans ces foyers. Les charges retenues dans le document remis à Sa Sainteté n'aboutirent pas, en raison de leur inconsistance, et Josémaria eut la grande joie de voir grandir l'affection des familles de ses enfants pour l'Opus Dei.

(Extraits de "Le Fondateur de l'Opus Dei". Vol. III. Andrés Vazquez de Prada, ed. Le Laurier - Paris, Wilson & Lafleur - Montréal, 2005, pp. 198-199)