31 nouveaux prêtres de 15 pays

Le cardinal Robert Sarah a ordonné samedi matin (5 mai 2018) 31 prêtres de la prélature de l’Opus Dei en la basilique romaine Saint-Eugène. « Demandons au Seigneur de nous donner beaucoup de saints prêtres » a-t-il supplié.

Sur l'Opus Dei
Opus Dei - 31 nouveaux prêtres de 15 pays Un moment de la cérémonie d'ordinations de 31 prêtres de l'Opus Dei

Les nouveaux prêtres proviennent de l’Argentine, du Brésil, de la Côte d’Ivoire, de l’Espagne, de la France, de l’Italie, du Kenya, du Nigeria, des Pays-Bas, des Philippines, de l’Ouganda, de la Slovaquie, de l’Uruguay et du Vénézuela. Mgr Ocariz, prélat de l’Opus Dei, assistait à cette cérémonie d’ordination depuis le chœur de la Basilique.

"Qu'est-ce qu'un prêtre, exactement ?" : telle est la question posée lors de l’homélie du cardinal Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements.

“La Bible présente le prêtre comme l’homme de la Parole de Dieu”
“La Bible présente le prêtre comme l’homme de la Parole de Dieu” […] L’homme contemporain s’adresse au prêtre en cherchant le Christ. Il peut consulter bien d’autres personnes compétentes sur des sujets économiques, sociaux ou politiques. Le prêtre est le prédicateur de la vérité du Christ, « il parle avec charité et, en même temps, avec une vraie liberté ».

Dans la Sainte Écriture, « le prêtre est aussi présenté comme l’homme du pardon […] Comme le saint curé d’Ars ou le Padre Pio, le prêtre est l’apôtre du confessionnal, disait le pape François, il y a quelques jours »

Le cardinal Sarah a aussi évoqué le prêtre “ami du Christ”. Un ami que l’on reconnaît tout spécialement dans l’Eucharistie « puisqu’il n’y a pas d’Eucharistie sans prêtre, tout comme il n’y a pas de sacerdoce sans eucharistie.[…] Aussi avons-nous besoin chaque jour de l’Eucharistie, pour vivre notre sacerdoce et être d’audacieux messagers de l’Évangile au cœur des souffrances, des difficultés et des hostilités qui peuvent nous assiéger”.

Le cardinal Sarah a invité les nouveaux prêtres à rechercher la sainteté et à être des hommes “d’une profonde vie intérieure ”. En citant saint Josémaria, il a expliqué que «le sentier qui conduit à la sainteté est un sentier de prière ; et la prière doit prendre peu à peu dans l’âme, comme la petite graine qui deviendra plus tard un arbre feuillu.» (Amisde Dieu, n. 295)

Soyez toujours très loyaux envers le Souverain Pontife, les évêques
- successeurs des Apôtres-, et votre Prélat

Le sacerdoce est un service envers l’Église et toutes les âmes. “Comme vous l’avez appris de saint Josémaria et de tous ses successeurs, soyez toujours très loyaux envers le Souverain Pontife, les évêques -successeurs des Apôtres-, et votre Prélat ; aimez les prêtres de tous les diocèses ; priez instamment le Seigneur d’envoyer beaucoup d’ouvriers à toute sa moisson, de nous donner beaucoup de saints prêtres, établis comme gardiens pour paître l'Église du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang (Act 20, 28)”

Le cardinal a félicité les parents, les frères et sœurs des nouveaux prêtres: “Désormais, vous avez quelqu’un de votre sang qui va spécialement intercéder pour vous devant le Seigneur. En même temps, nous devons tous prier pour eux, plus qu’auparavant, puisqu’ils ont assumé une grande responsabilité”.

À la fin de la cérémonie, le cardinal a offert à chaque nouveau prêtre un chapelet et une petite icône de la Vierge de la Tendresse.

“ Je vous la donne pour que vous soyez plus étroitement unis à la Très Sainte Vierge Marie et pour vous demander aussi de prier pour moi”

«Dieu a été très bon avec moi »

Agustin Silberberg, né il y a 44 ans à Cordoue, en Argentine, est fils de médecin et docteur en médecine lui même.

Spécialiste en médecine générale dans plusieurs hôpitaux, il a quitté son métier pour se consacrer à la théologie. Rugbyman pendant 10 ans, il a participé à de nombreux tournois.

“Dieu a été très bon avec moi. L’exercice de la médecine me permet de mieux comprendre le sens profond de ce nouveau service envers autres”.

Parmi les asiatiques, Alfred Cruz, Philippin de 31 ans, ancien étudiant chez les Maristes et à l’Université des Philippines, était architecte au bureau “Asian Architects” avant d’entamer sa préparation au sacerdoce. Il a dirigé le travail social du Kapuluan Study Center à Quezon City, confié à des étudiants : prise en charge de pauvres et de malades, catéchèse aux enfants démunis, volontariat, etc.

Parmi les six nouveaux prêtres africains, Elobuike Anthony Asogwa, Nigérien, né à Enugu en 1986, a fait des études d’ingénieur en génie électrique avant de s’installer en Europe pour étudier la philosophie et la théologie. “Elobuike”, son prénom, veut dire “ la force du conseil”. Rien d’étonnant à l’entendre dire qu’il “apprécie beaucoup le conseil et comprend qu’une bonne partie du travail du prêtre est le service des autres qu’il entoure, qu’il conseille dans son accompagnement”. Deuxième prêtre dans la fratrie : “ j’ai un frère prêtre diocésain. Nous nous aiderons l’un l’autre, nous nous soutiendrons par la prière. Nous sommes désormais frères dans le sacerdoce”.

“Apporter la joie du Christ à toutes les personnes”

Pierre Laffon, Français, fait partie des prêtres européens. Avant de s’installer à Rome pour ses études il était consultant en communication dans plusieurs institutions.

Pierre aimerait beaucoup rentrer en France. Il souhaite vivement communiquer la joie que la foi nous donne.

“La mission du prêtre c’est apporter à tous la joie du Christ. Le pape François dit bien que nous ne saurions avoir une tête d’enterrement. Or, j’aurai cette joie si je suis fidèle à la mission que le Seigneur m’a confiée”.

"Quitter le métier d’avocat pour devenir prêtre est certes surprenant, mais j’ai bien réfléchi"


Martijn Pouw, né à Maastricht, aux Pays-Bas, en 1977, avocat, était aussi enseignant à l’université. Passionné de vélo, voici comment il perçoit son futur travail professionnel dans un pays sécularisé:

“J’envisage d’être un pont. Rien que le fait d’être tout de noir vêtu vous permet de répondre à des questions sur Dieu, le sens de la vie ou le bonheur humain ”.

“Quitter le métier d’avocat pour devenir prêtre est certes surprenant, avoue Martijn, mais j’ai bien réfléchi, j’en ai beaucoup parlé à Dieu dans ma prière.

L’avocat défend les intérêts de son client, tandis que le prêtre s’occupe de l’intérêt éternel des gens. Il y a donc une certaine continuité”.

Francisco Javier Fernández Centeno, autre européen, pharmacien andalou, a accroché sa blouse blanchedans sa pharmacie de Séville pour étudier la théologie à Rome. Grand connaisseur d’oiseaux, – «chez mes parents il y avait des pigeons, des canaris, des hiboux, des aiglons, des tourtereaux, des rolliers, des œdicnèmes criards et d’autres espèces »-, après ses études secondaires à San Fugencio, à Ecija, il poursuivit ses études en pharmacie et exerça son métier durant 20 ans. Il est un des membres fondateurs de l’Association espagnole de Pharmacie Sociale.