28 septembre: Homélie de Mgr Javier Echevarría

Homélie de la messe d’action de gràces pour la béatification d’Álvaro del Portillo

C'est ici «mon commandement, le voici: Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés»,“ut diligátis ínvicem, sicut diléxi vos” (Jn 15, 12).

Chers frères et sœurs, ces mots de l’Évangile résonnent aujourd’hui dans mon âme avec une joie nouvelle :vraiment la foule réunie hier, en communion avec le Pape et accompagnée par toutes les prières des quatre points cardinaux, n’était pas une simple foule mais formait une réunion de famille, unie par l’amour de Dieu et l’amour mutuel. Ce même amour se renforce aujourd’hui dans l’Eucharistie de cette messe d’action de grâces pour la béatification d’Álvaro del Portillo, Prélat de l’Opus Dei.

1. En instituant l’Eucharistie, le Seigneur rendit grâces à Dieu le Père pour son éternelle bonté, pour la création surgie de ses mains, pour son mystérieux dessein de rédemption. Soyons reconnaissants pour cet amour infini manifesté sur la croix et anticipé au Cénacle. Nous pouvons demander au Seigneur : comment faire pour aimer comme tu nous as aimés, pour aimer comme tu as aimé Pierre et Jean, pour aimer comme tu nous aimes tous, pour aimer aussi comme tu as aimé saint Josemaría et le bienheureux Álvaro.

En contemplant la vie sainte de don Álvaro, on découvre la main de Dieu, la grâce de l’Esprit Saint, le don d’un amour qui nous transforme. Et de faire nôtres les paroles de saint Josemaría que le nouveau bienheureux répétait si souvent, «Donne-moi, Seigneur, l’amour avec lequel tu veux que je t'aime[1]», pour apprendre à aimer les autres avec ton Amour et mon petit effort. Les autres découvriront ainsi en moi comment vivre l’amour de Dieu, comme cela s’est passé dans la vie quotidienne de don Álvaro : dans ce Madrid tant aimé, la miséricorde divine se manifestait dans sa préoccupation pour les pauvres et les abandonnés. La deuxième lecture nous remplit de joie en rappelant que la présence de Dieu dans nos âmes nous revêt de «miséricorde, de bonté, d'humilité, de douceur, et patience» (Col 3, 12).

Chers frères et sœurs, rendons grâces au Seigneur en lui demandant plus d’amour. Dans sa jeunesse, quand il avait 25 ans, Álvaro était “saxum”, roche pour saint Josemaría. Plein d’humilité, il répondit par une lettre au fondateur de l’Opus Dei avec les mots suivants : «J’aspire à ce que, malgré tout, vous puissiez avoir confiance en celui qui plutôt qu’une roche est argile sans aucune consistance. Mais le Seigneur est si bon ! [2]». Cette assurance dans la bonté divine peut imprégner toute notre existence. «Je veux me prosterner dans ton saint temple, et célébrer ton nom,à cause de ta bonté et de ta fidélité» (Ps 138 [137], 2). Notre gratitude monte alors vers la Sainte Trinité parce que Jésus Christ lui-même est resté parmi nous par sa Parole et son Esprit qui nous remplit de joie (cf. Jn 15, 11; Lc 11, 13) et rend possible que nous puissions nous adresser à Dieu en lui disant plein de confiance : “Abba, Pater”: Père, Papa!”.

2. « La Trinité de la terre nous mènera vers la Trinité du Ciel[3]» répétait don Álvaro selon les enseignements et l’expérience du fondateur de l’Opus Dei. Jésus, Marie et Joseph nous conduisent au Père et à l’Esprit Saint ; dans l’humanité sainte de Jésus, nous découvrons, inséparablement unie, la divinité [4].

La Sainte Famille ! Grâce à la première lecture, nous bénissons le Seigneurqui « nous fait croître dès le sein maternel, il agit envers nous selon sa miséricorde » (Ecl50, 24). L’Écriture Sainte nous fait voir que le Seigneur nous aimait avant que nous naissions. Le poème que Virgile écrit sur un enfant à peine né me revient en mémoire : “Incipe, parve puer, risu cognoscere matrem (Virgile, Églogue IV, 60)”: «Enfant, commence à connaître ta mère à son sourire». L’enfant découvre l’univers dans le visage de sa mère, plein d’amour ; sur ce sourire qui l’accueille, le nouveau-né découvre un reflet de la bonté de Dieu.

Le Saint Père a voulu que ce jour soit dédié à la prière pour la famille. Unissons-nous donc aux suppliques de toute l’Église pour cette “communio dilectionis”, cette «communion d’Amour [5]», cette «école[6]» de l’Évangile qu’est la famille, comme le disait Paul VI à Nazareth. La famille, par le « profond dynamisme intérieur de l'amour [7]», a une grande « fécondité spirituelle[8] » comme l’enseignait saint Jean-Paul II, avec qui le bienheureux Álvaro entretint une amitié filiale.

En rendant grâce à don Álvaro, nous rendons grâces à ses parents qui l’ont accueilli et éduqué, qui ont préparé en lui un cœur simple et généreux pour recevoir l’amour de Dieu et répondre à son appel. « Mon commandement, le voici : «Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés» ; ainsi fut don Álvaro : un homme dont le sourire bénissait Dieu qui «a fait de grandes choses » (Ecl 50, 24), et qui compta sur lui, fidèle successeur de saint Josemaría, pour servir l’Eglise en étendant l’Opus Dei.

Prions pour qu’il y ait de nombreuses familles qui soient «foyers chrétiens, lumineux et joyeux, comme le fut celui de la Sainte Famille[9]» comme le disait saint Josemaría. Notre gratitude monte vers Dieu pour le don de la famille, reflet de l’éternel amour trinitaire, lieu où chacun se sait aimé pour ce qu’il est. Maintenant, rendons grâces aussi à tous les pères et mères de famille qui sont ici réunis et à tous ceux qui s’occupent des enfants, des personnes âgées et des malades.

Familles! Le Seigneur vous aime, le Seigneur est présent dans votre mariage, image de l’amour du Christ pour son Église. Je sais que beaucoup d’entre vous se dédient à aider généreusement d’autres couples dans leur chemin de fidélité, à aider de nombreux foyers à vivre dans un contexte social difficile et parfois hostile. Courage! Votre travail de témoignage et d’évangélisation est nécessaire pour le monde entier. Rappelez-vous que, comme l’affirmait Benoît XVI, « la fidélité dans le temps, c’est le nom de l’amour [10]».

3. «Vivez dans l’action de grâce» nous exhorte saint Paul (Col 3, 15). Le bienheureux Álvaro, en pensant à ce qu’il devait à Saint Josemaría, disait que « la meilleur preuve de remerciement consiste à faire un bon usage des dons reçus[11]». Dans sa prédication, durant les réunions familiales ou rencontres personnelles, toujours, il ne cessait jamais de parler d’apostolat et d’évangélisation. Pour demeurer dans cet amour de Dieu que nous avons reçu, nous devons le partager avec les autres car la bonté de Dieu tend à se diffuser. Le Pape François dit que «dans la prière, le Seigneur nous fait sentir cet amour, mais aussi à travers de nombreux signes que nous pouvons remarquer dans nos vies grâce aux nombreuses personnes qu’il met sur notre chemin. La joie de la rencontre avec lui et de son appel pousse à ne pas se fermer, mais à s’ouvrir ; nous pousse au service dans l’Eglise[12]».

«Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis» (Jn 15, 16). Après que le Seigneur a insisté que l’initiative vient toujours de Lui, par la primauté de son amour, il nous envoie diffuser son Amour à toutes les Hommes : « c’est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure » (ibidem). "Manete in dilectione mea”: “Demeurez dans mon amour” (Jn 15, 9). Il faut demeurer dans le Seigneur pour porter du fruit qui à son tour plantera ses profondes racines. Jésus vient de le dire à ses disciples : «Demeurez en moi, et moi en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s'il ne demeure uni à la vigne, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi» (Jn 15, 4).

La foule de ces jours, les millions de personnes dans le monde, et toutes celles qui nous attendent au Ciel, donnent un témoignage de fécondité de la vie de don Álvaro. Je vous invite, sœurs et frères, à être, à vous déployer dans l’amour du Seigneur, dans la prière, la messe et la communion fréquente, dans la confession sacramentelle, afin que, avec cette force de prédilection divine, nous sachions mener à bien un authentique apostolat d’amitié et de confidence.

Dans la lettre que m’a écrit le cher Pape François pour la béatification d’hier, le saint Père affirme que «nous ne pouvons pas garder la foi pour nous-mêmes, c’est un don que nous avons reçu pour le donner et le partager avec les autres[13]» ; le Pape affirme que le bienheureux Álvaro «nous encourage à ne pas avoir peur d’aller à contre-courant et de souffrir pour annoncer l’Évangile», et que «dans la simplicité et la quotidienneté de notre vie, nous pouvons rencontrer un chemin sûr de sainteté» [14].

Sur ce chemin et avec tous les anges, la très Sainte Vierge nous accompagne. Marie est fille de Dieu le Père, Mère de Dieu le Fils, Épouse et Temple du Saint Esprit. Elle est Mère de Dieu et notre Mère, la Reine de la Famille, la Reine des apôtres. Marie aide-nous, comme tu as aidé le bienheureux Álvaro, à suivre l’invitation du successeur de Pierre : «se laisser aimer par le Seigneur, ouvrir son cœur à son amour et permettre que ce soit lui qui guide notre vie[15]», comme saint Josemaría demandait si souvent à la Vierge de l’Almudena, très chère et vénérée dans cet Archidiocèse. Amen.

[1]Saint Josemaría Escrivá de Balaguer, Forge, n. 270.

[2]Bienheureux Álvaro del Portillo, Lettre à saint Josemaría, Olot, 13 juillet 1939.

[3]Bienheureux Álvaro del Portillo, Lettre Pastorale, 30 septembre 1975.

[4] Cf. Bienheureux Álvaro del Portillo, Lettre Pastorale pour les noces d’Or de la fondation de l’Opus Dei, 24 septembre 1978.

[5]Vénérable Paul VI, Message durant sa visite à la basilique de l’annonciation à Nazareth, 5 janvier 1964.

[6]Ibidem

[7]Saint Jean Paul II, Exhortation apostolique post-synodale Familiaris consortio, n. 41.

[8]Ibídem.

[9]Saint Josemaría Escrivá de Balaguer, Quand le Christ passe, n. 22.

[10]Benoît XVI, Homélie à Fatima, le 12 mai 2010.

[11]Bienheureux Álvaro del Portillo, Lettre pastorale, 1er juillet 1985.

[12]François, Discours, Salle Paul VI, 6 juillet 2013.

[13]François, Lettre à Mgr Javier Echevarría, Prélat de l’Opus Dei, pour la béatification d’Álvaro del Portillo, célébrée à Madrid, le 27 de septembre de 2014.

[14]Ibidem.

[15]Ibidem