Mot-clé: Travail

28 résultats trouvés pour "Travail"

“Le monde, lieu de rencontre avec le Christ”

Toi qui as un profond sens de tes responsabilités, et qui es désireux pour cela de promouvoir l'action des catholiques dans la vie publique, toi qui respectes comme il se doit la liberté de tous et de chacun, tout en leur rappelant qu'ils doivent être cohérents avec leur foi, tu as besoin de bien te former. (Forge, 712)

“Travaille avec joie”

Si tu affirmes que tu veux imiter le Christ... et que tu as du temps en trop, c'est que tu es sur la voie de la tiédeur. (Forge, 701)

“Le travail est une bénédiction de Dieu”

Le travail est la vocation initiale de l'homme; c'est une bénédiction de Dieu, et ceux qui le considèrent comme un châtiment se trompent lamentablement. Le Seigneur, qui est le meilleur des pères, a placé le premier homme au Paradis, "ut operaretur" — pour qu'il travaille. (Sillon, 482)

"Il n'est pas de charge de deuxième ordre"

Quand on est au service de Dieu, il n'est pas de charge de deuxième ordre: toutes sont de la plus haute importance. — L'envergure de cette charge dépend de l'élévation spirituelle de celui qui s'en acquitte. (Forge, 618)

"Faire de la vie quotidienne un témoignage de foi"

Bien des réalités matérielles, techniques, économiques, sociales, politiques, culturelles..., livrées à elles-mêmes, ou aux mains de ceux qui n'ont pas la lumière de notre foi, deviennent des obstacles formidables pour la vie surnaturelle: elles constituent une sorte de chasse gardée, fermée, hostile à l'Eglise.

"Oui! Nous aimons passionnément ce monde"

Le monde nous attend. Oui! Nous aimons passionnément ce monde parce que c'est ce que Dieu nous a appris: "sic Deus dilexit mundum..." (c'est ainsi que Dieu a aimé le monde) et parce que c'est le cadre de notre champ de bataille — une merveilleuse guerre de charité — afin que nous atteignions tous à cette paix que le Christ est venu instaurer (Sillon, 290).

"Ma fille, le Seigneur compte sur ton aide"

A toi qui as fondé un foyer, ma fille, je veux te rappeler que vous, les femmes — tu le sais d'ailleurs bien! — vous possédez une grande force, une force que vous savez envelopper d'une douceur spéciale, afin qu'on ne la remarque pas. Avec cette force, vous pouvez faire de votre mari et de vos enfants des instruments de Dieu ou des diables. — Toi, tu en feras toujours des instruments de Dieu: le Seigneur compte sur ton aide (Forge, 690).

"Le travail: un chemin de sainteté"

Tu me dis que cette idée t'aide beaucoup à présent: depuis l'époque des premiers chrétiens, combien de commerçants ont dû devenir saints! Et tu veux prouver que, même aujourd'hui, cela est possible... — Le Seigneur ne t'abandonnera pas dans ta résolution. (Sillon, 490)