29 septembre : Fête des archanges Michel, Gabriel et Raphaël

Évangile du 29 septembre, fête des archanges Michel, Gabriel et Raphaël, et son commentaire.

Opus Dei - 29 septembre : Fête des archanges Michel, Gabriel et Raphaël

Évangile (Jn 1, 47-51)

Jésus vit venir vers lui Nathanaël, et dit à son sujet : "Voici vraiment un Israélite, en qui il n'y a nul artifice !"

Nathanaël lui dit : "D'où me connais-tu? "

Jésus répondit en lui déclarant : "Avant que Philippe ne t'appelle, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu."

Nathanaël lui répondit : "Rabbi, c'est toi le Fils de Dieu, c'est toi le roi d'Israël !"

Jésus lui répondit : "Parce que je t'ai dit : Je t'ai vu sous le figuier tu crois. Tu verras de plus grandes choses que celles-là !" Et il ajouta : "En vérité, en vérité, je vous le dis, vous verrez désormais le ciel ouvert, et les anges de Dieu montant et descendant au-dessus du Fils de l'homme."


Commentaire

Le passage proposé par l'Église pour cette fête des Archanges Michel, Gabriel et Raphaël, nous relate la rencontre de Jésus avec Nathanaël, que Saint Jean place au début de son Évangile

Ce sont les premiers moments de la mission de Jésus, qui se fait connaître petit à petit et profite de la question de Nathanaël – étonné que Jésus le connaisse - pour lui dire : "En vérité, en vérité, je vous le dis, vous verrez désormais le ciel ouvert et les anges de Dieu montant et descendant au-dessus du Fils de l'homme".

Jésus se fait connaître comme le Messie et décrit la mission des anges, qui font partie de l'histoire du salut pour accomplir des missions spécifiques confiées par Dieu.

Dès le début de la fondation de l'Œuvre en 1928, le jour des Anges Gardiens, saint Josémaria sentit qu'il avait besoin de beaucoup d'aide du Ciel pour mener à bien la mission que Dieu lui avait confiée : transmettre le message que l'on peut devenir saint par le travail et la vie ordinaire. Cette aide lui est venue en partie des archanges Michel, Gabriel et Raphaël. D’ailleurs, cela s'est passé de manière providentielle : lors d’une retraite en octobre 1932, à Ségovie, près de la tombe de Saint Jean de la Croix. C'est là, pendant sa prière, que Dieu lui fit voir qu'il devait mettre la tâche apostolique qu'il développait sous la protection des trois archanges.

Notre Seigneur venait à la rencontre de saint Josémaria et lui montrait le chemin. Que ressentait-il en ces instants de rencontre intense avec la volonté de Dieu ?

Les paroles de notre Seigneur ont dû résonner en lui comme le claquement d'un coup de fouet : "Voici vraiment un Israélite, en qui il n'y a nul artifice !"

D'un côté, Nathanaël a dû être surpris. D'un autre, cette rencontre nous parle du genre de personnes que Jésus veut avoir près de lui. Des gens conscients de leurs péchés mais sincères. C'est ce que Jésus dit à un autre moment : " que votre langage soit : oui, oui ; non, non. Ce qui est en plus vient du Mauvais." (Mt 5, 37)

Nathanaël est tellement surpris qu'il demande : "D'où me connais-tu ? "

Et Jésus lui dit : « Avant que Philippe ne t'appelle, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu. »

On peut imaginer qu’à l’ombre du figuier, Nathanaël, en bon israélite, réfléchissait à son projet d'avenir, à ce qu'il ferait de sa vie, à ce que Dieu voudrait de lui, etc. Il méditait peut-être en demandant la lumière du Saint-Esprit et les inspirations de son ange gardien, qui l'aideraient à approfondir sa réflexion pour répondre généreusement à Dieu.

C'est ce que nous fait penser la réponse de Nathanaël à Jésus : "Rabbi, c'est toi le Fils de Dieu, c'est toi le roi d'Israël ! "

Et Jésus lui dit : "Tu verras de plus grandes choses".

C'est ce qui arrive aux personnes qui savent mettre leur confiance dans le Seigneur, qui voient de plus grandes choses. Parce que Dieu ne se laisse jamais dépasser en générosité. Ces personnes voient notamment la paix qui règne dans leur vie.

Nous comptons sur l'aide des Archanges, dont nous célébrons la fête aujourd'hui, et sur celle des Anges Gardiens qui en savent long sur la manière d'enflammer les cœurs froids et de les aider à prendre des décisions généreuses face à Dieu et aux autres.