Méditation : 29 septembre — Les Saints Archanges

Les thèmes proposés pour la méditation sont : Saint Michel et la puissance de Dieu ; les messages de saint Gabriel ; Saint Raphaël, un jeune joyeux.

- Saint Michel et la puissance de Dieu

- Les messages de saint Gabriel

- Saint Raphaël, un jeune joyeux


L’ARCHANGE Saint Michel est présenté dans l’Ancien Testament comme celui qui, au nom de Dieu, défend le peuple élu contre tout danger. Et le livre de l’Apocalypse raconte sa guerre contre les forces du mal : « Il y eut alors un combat dans le ciel : Michel, avec ses anges, dut combattre le Dragon. Le Dragon, lui aussi, combattait avec ses anges, mais il ne fut pas le plus fort ; pour eux désormais, nulle place dans le ciel » (Ap 12, 7-8). Parmi les premières conséquences de la victoire du Christ, il y a la défaite du diable. Et ce fut à cet archange de l’obtenir. « Michel signifie : “Qui est comme Dieu ?” […] C’est pourquoi, écrit saint Grégoire le Grand, lorsqu’il s’agit d’une mission nécessitant une puissance spéciale, on envoie Michel, impliquant par son action et par son nom que personne ne peut faire ce que seul Dieu peut faire » [1] Confier une mission à saint Michel revient à dire que seul le Seigneur peut la faire : « saint Michel vainc parce que c’est Dieu qui agit en lui » [2].

Saint Josémaria disait à un groupe de ses fils : « Aucun de vous n’est seul, aucun de vous n’est un vers isolé : nous sommes les vers d’un même poème épique, divin » [3]. Tous les chrétiens font partie du corps du Christ, qui est l’Église. Aujourd’hui, nous pouvons demander à cet archange, prince de la milice céleste, de veiller sur tous les hommes, de nous défendre dans la lutte et de nous protéger des ruses du diable [4]. Et nous le faisons avec la certitude de la victoire, « car il est rejeté, l’accusateur de nos frères, lui qui les accusait, jour et nuit, devant notre Dieu » (Ap 12, 10). Intensifier notre relation avec saint Michel augmentera notre foi en la puissance de Dieu, nous rendra plus humbles, jusqu’à ce que nous nous identifiions de plus en plus à son nom : « De tout mon être, je dirai : “Qui est comme toi, Seigneur ?” » (Ps34, 10)


LE CATECHISME de l’Église rappelle que « de tout leur être, les anges sont serviteurs et messagers de Dieu » [5]. Leur être s’épuise dans le service : ils existent pour coopérer joyeusement aux plans du Seigneur et pour transmettre ses desseins aux hommes. Et parmi tous les messagers, il n’y en a aucun autre comme Gabriel. Son nom signifie « force de Dieu » ; il a été envoyé à plusieurs reprises comme ambassadeur du Seigneur pour communiquer son plan de salut et encourager ceux qu’il invite à le mettre en œuvre. « Je suis Gabriel, dit par exemple l’ange à Zacharie. J’ai été envoyé pour te parler et pour t’annoncer cette bonne nouvelle » (Lc 1, 19). Le prophète Daniel a également écrit au sujet de l’archange : « Je parlais encore dans ma prière quand Gabriel – l’être que j’avais vu au commencement de la vision – s’approcha de moi d’un vol rapide à l’heure de l’offrande du soir. Il m’instruisit, me parlant en ces termes : “Daniel, je suis sorti maintenant pour ouvrir ton intelligence” » (Dn 9, 21-22).

Saint Luc raconte que lorsque la Vierge Marie fut surprise par la salutation de l’archange, celui-ci répondit : Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu » (Lc 1, 30). Gabriel reçoit de Dieu la consolation nécessaire pour affronter les situations de manière sereine et pleine d’espoir, même lorsque ce qu’il communique semble dépasser nos propres capacités, comme au moment de l’Annonciation. Il nous rappelle que « rien n’est impossible à Dieu » (Lc 1, 37), et il peut toujours être un soutien important dans nos luttes. « Il te semble que le monde s’écroule écrit saint Josémaria. Autour de toi nulle issue. Impossible, cette fois, de surmonter les difficultés. Mais aurais-tu oublié, une fois de plus, que Dieu est ton Père ? Tout-puissant, infiniment sage, miséricordieux. Il ne peut rien t’envoyer de mauvais. Cela même qui te préoccupe te convient, même si pour le moment, tes yeux de chair sont aveugles » [6]. L’archange Gabriel annonce la volonté de Dieu et nous aide à comprendre que seules la joie et la paix peuvent venir de là.


TOBITH et sa femme ont souffert à l’idée d’envoyer leur fils le jeune Tobie seul, dans un voyage plein d’incertitudes, vers une ville lointaine. Ils ne pouvaient l’accompagner que de loin, et cela ne leur suffisait pas. C’est alors qu’apparaît un jeune homme joyeux (cf. Tb 5, 10), prêt à l’accompagner : « J’ai été souvent là-bas et je connais tous les chemins par cœur » (Tb 5, 6). C’était l’archange Raphaël. Il a accompagné Tobie dans sa jeunesse, lui apprenant à tirer des leçons des défis qu’il rencontrait (cf. Tb 6, 1-9) ; il l’a encouragé à surmonter les peurs qui l’empêchaient de se lancer dans l’aventure du mariage avec Sarah (cf. Tb 6, 16, 18) ; il lui a appris à aimer sa future épouse (cf. Tb 6, 19) ; et il l’a aidé à être la joie de ses parents (cf. Tb 11, 9-15).

En raison de cette tâche accomplie avec Tobie, saint Josémaria a confié le travail apostolique avec les jeunes à l’archange saint Raphaël. Il considérait cette partie de l’apostolat de l’Opus Dei comme la prunelle de ses yeux, car la formation chrétienne des jeunes est une priorité dans l’Église et dans l’Œuvre, puisque les générations futures aspirent aussi à ce qui nous a apporté la paix. C’est une mission à laquelle tous les chrétiens sont appelés, afin que nous soyons des semeurs de la joie de l’Évangile. Nous sommes invités à aider de nombreux jeunes « à être — maintenant et tout au long de leur vie — un ferment chrétien dans les familles, dans les professions, dans tout l’immense champ de la vie humaine au milieu du monde » [7].

« Sur la route et dans les épreuves de la vie, nous ne sommes pas seuls, nous sommes accompagnés et soutenus par les anges de Dieu, qui nous offrent, pour ainsi dire, leurs ailes pour nous aider à surmonter tant de dangers, pour pouvoir voler haut au-dessus des réalités qui peuvent alourdir notre vie ou nous entraîner vers le bas » [8]. Les trois archanges nous accompagneront toute notre vie durant, jusqu’au bout du chemin. Et là, au ciel, nous pourrons contempler la Vierge Marie, Reine des anges.


[1]. Saint Grégoire le Grand, Homélies sur les Évangiles, 2, 34, 9.

[2]. Pape François, Audience générale, 5 juillet 2013.

[3]. Saint Josémaria, Méditation, 12 mars 1961.

[4]. Cf. Prière à Saint Michel Archange.

[5].Catéchisme de l’Église Catholique, n° 329.

[6]. Saint Josémaria, Chemin de Croix, IXe station, n° 4.

[7]. Mgr Fernando Ocariz, Lettre pastorale, 8 juin 2018.

[8]. Pape François, Audience générale, 5 juillet 2013.

Photo : Archange St Michel au Mont St Michel (France)