La lecture spirituelle

En quoi consiste la lecture spirituelle et quels sont ses objectifs ? Quelle est son origine ? Pourquoi saint Josémaria a-t-il inclus cette pratique parmi les normes recommandées pour composer le plan de vie spirituelle qu'il proposait aux chrétiens ?

Questions sur la foi chrétienne
Opus Dei - La lecture spirituelle

Sommaire

1. Contexte historique de la lecture spirituelle
2. La place de la lecture spirituelle dans les enseignements de Saint Josémaria

La spiritualité chrétienne comprend par la lecture la pratique régulière de la lecture des Saintes Écritures et d'autres livres propres à nourrir et à vivifier sa vie spirituelle. Saint Josémaria a inclus cette pratique parmi les normes recommandées pour façonner le plan de vie spirituelle qu'il proposait, et il la recommandait comme un moyen important pour parvenir à un contact continu avec Dieu dans les circonstances de la vie ordinaire et pour disposer de critères permettant d'orienter adéquatement ses diverses occupations.

1. Contexte historique de la lecture spirituelle

L'origine de la lecture spirituelle se trouve dans la lectio divina. Cette expression désigne une lecture méditative de la Parole de Dieu, qui requiert une attitude active de la part du sujet. Le sujet doit prier, méditer le texte biblique et le faire sien, en engageant son être et son existence. "Je vous en prie, appliquez-vous à méditer chaque jour les paroles de votre Créateur. Vous apprendrez à connaître le cœur de Dieu dans les paroles de Dieu" (Saint Grégoire le Grand, Ep. 4, 31). Les Pères de l'Église ont proposé la lecture de la Sacra Pagina - ou la Bible - à tous les chrétiens. Dans la pratique, la lectio divina avait lieu principalement dans les monastères, où elle occupait une place principale parmi les moyens ascétiques (cf. Rousse, 1974, col. 475).

ON PEUT AFFIRMER QUE LES OBJECTIFS DE LA LECTURE SONT D'ÉDIFIER, DE CONSOLER ET DE FORTIFIER L'ESPRIT.

Au cours des XIVe et XVe siècles, la pratique de la lecture se répand dans le peuple chrétien grâce à la devotio moderna, un courant qui promeut une "piété pratique et méthodique" que, selon une expression ancienne, on appelle dévotion (cf. Sesé, 2005, p. 179). Leur ascèse, centrée sur l'imitation du Christ, et sur l'intériorité, faisait de la lectio "un exercice spirituel autonome et spécifique" (Boland, 1974, col. 490).

On peut affirmer que la lecture a pour but d'édifier, de consoler et de fortifier l'esprit ; c'est une nourriture qui oriente vers la prière, éclaire la charité et incite à la prière (cf. Boland, 1974, col. 497). Elle combine ainsi deux dimensions indissociables : elle favorise l'amour de Jésus-Christ (affectus), et elle améliore la connaissance de la doctrine chrétienne (intellectus).

2. La place de la lecture spirituelle dans les enseignements de Saint Josémaria

En intégrant la lecture spirituelle dans les pratiques de piété (cf. AVP, II, p. 453), saint Josémaria a étendu ce moyen ascétique aux chrétiens de toutes les catégories sociales et de tous les milieux. Il a recommandé de consacrer quelques minutes par jour, si possible, à cette pratique. Cette recommandation comprenait la lecture de la Bible, en particulier du Nouveau Testament, ainsi que d'autres livres de spiritualité chrétienne. Il considérait qu'il était essentiel de le faire avec un vrai recueillement, en cherchant à tirer profit du texte pour son propre dialogue avec Dieu et pour l'amélioration de sa conduite.

Comme le rappelle Alvaro del Portillo, son plus proche collaborateur, saint Josémaria " consacrait chaque jour du temps à la lecture méditative du Nouveau Testament. Souvent, il notait une phrase dès qu'il la lisait et l'utilisait dans sa prédication, dans ses écrits ou dans sa prière mentale du soir" (Del Portillo, 1993, p. 53). Dans le choix des textes, "il a fait sa lecture spirituelle de préférence avec les œuvres des Pères et des Docteurs de l'Église. Il était rare qu'il ne s'arrête pas à la fin pour noter les expressions ou les idées qui l'avaient marqué : signe non seulement de l'attention qu'il portait à cette pratique de piété, mais surtout de l'importance qu'il y attachait " (ibidem, p. 148).

La pertinence de la lecture spirituelle est fonction d'une réalité centrale de la vie chrétienne : la rencontre personnelle avec le Christ et l'identification à Lui. À cette fin, il est indispensable de lire le Nouveau Testament, avec les récits évangéliques de la vie du Seigneur, les Actes des Apôtres et les Lettres apostoliques. La lecture méditative du Nouveau Testament conduit à incorporer la vie du Christ dans sa propre vie et se reflète nécessairement dans son comportement : " Si ton calme et ta conversation étaient tels que tout le monde puisse dire en te voyant ou en t'entendant parler : "Cet homme lit la vie de Jésus-Christ" " (Chemin 2 ; cf. Camino, Edición crítico-histórica -CECH-, p. 218). C'est pourquoi elle est aussi d'une grande importance pour l'activité apostolique, comme le reflète un conseil que, selon mgr Alvaro del Portillo, saint Josémaria donna aux premiers prêtres de l'Opus Dei et qui a une valeur universelle : il leur recommandait vivement de consacrer du temps " à la lecture et à la méditation attentive de l'Écriture ; il recommandait avec insistance de s'en approcher avec une grande foi, car ce n'est qu'ainsi, en amenant notre âme à une douce rencontre avec le Christ, que nous pourrions répandre aux autres l'amour et le désir de s'identifier à lui " (Del Portillo, 1993, p. 150).

La lecture d'autres œuvres spirituelles, même si elle a des dimensions différentes, doit toujours être liée au noyau de la vie chrétienne et, par conséquent, à l'Évangile, au Christ. "Pour s'approcher de Dieu, il faut prendre le bon chemin, qui est la Très Sainte Humanité du Christ. Pour cette raison, je recommande toujours la lecture des livres qui racontent la Passion du Seigneur. Ces écrits, pleins d'une piété sincère, font penser au Fils de Dieu, Homme comme nous et vrai Dieu, qui aime et souffre dans sa chair pour la Rédemption du monde" (Amis de Dieu, 299). L'un des premiers fidèles de l'Opus Dei, Ricardo Fernández Vallespín, raconte que lors de sa première entrevue avec saint Josémaria " il prit un livre qui lui servait et sur la première page il mit, en guise de dédicace, ces trois phrases : + Madrid - 29 mai 1933. Puissiez-vous chercher le Christ. Puissiez-vous trouver le Christ. Puissiez-vous aimer le Christ. Le livre était "L'histoire de la Passion" du Père Luis de la Palma" (CECH, p. 553 ; cf. C, 382).

LA LECTURE CONSTITUE UNE NOURRITURE POUR NOURRIR LE DIALOGUE AVEC DIEU ET UN MOYEN D'ATTEINDRE LA PRÉSENCE DE DIEU DANS LA VIE ORDINAIRE

Avec la meilleure connaissance du Christ, la lecture constitue une nourriture pour le dialogue avec Dieu et un moyen d'atteindre la présence de Dieu dans la vie ordinaire, et de donner une direction appropriée à cette vie. En lisant, m'écrivez-vous, je forme le dépôt de combustible. -Il semble être un amas inerte, mais c'est souvent là que ma mémoire puise spontanément les matériaux qui vivifient ma prière et ravivent mon action de grâce après la Communion" (Chemin 117). C'est pourquoi, même dans des circonstances difficiles, il conseillait : "N'abandonnez pas votre lecture spirituelle. -La lecture a fait beaucoup de saints" (Chemin, 116 ; cf. CECH, p. 319).

Saint Josémaria recommandait la lecture comme moyen de formation doctrinale et religieuse, car elle s'adresse à la fois au cœur et à l'intellect. Il a souligné que la recherche de la sainteté et de l'apostolat dans l'Opus Dei devait se fonder sur la doctrine, sur la foi de l'Église, et pour acquérir cette doctrine, il faut du temps et des études. Par ce moyen, le chrétien mûrit des connaissances et des attitudes qui font de lui une personne solide dans ses convictions et dans son amour pour le Christ (cf. CECH, p. 535).

José Manuel Martín

Bibliographie:

Benedicto XVI, Exhort. Ap. Verbum Domini, 2010;

Lucio Coco, L’atto del leggere. Il mondo dei libri e l’esperienza della lettura nelle parole dei Padri della Chiesa, Milano, Qiqajon, 2004;

Id., La lettura spirituale. Scrittori cristiani tra Medioevo ed età moderna, Milano, Sylvestre Bonnard, 2005;

Réginald Garrigou-Lagrange, Las tres edades de la vida interior, I, Madrid, Rialp, 1958 ;

Álvaro del Portillo, Entrevista sobre el Fundador del Opus Dei, Madrid, Rialp, 1993, pp. 45-58, 136-151;

Jacques Rousse - Hermann Josef Sieben - André Boland, “Lectio divina et lecture spirituelle”, en DSp, VIII, 1974, cols. 470-510;

Javier Sesé, Historia de la espiritualidad, Pamplona, EUNSA, 2005.