Méditation : 2ème dimanche de saint Joseph

Deuxième réflexion à méditer pendant les sept dimanches de la Saint-Joseph. Les thèmes proposés sont : Saint Joseph, père bien-aimé ; modèle de père ; patron de la famille.

Opus Dei - Méditation : 2ème dimanche de saint Joseph

- Saint Joseph, père bien-aimé

- Modèle de père

- Patron de la famille



LA PRIÈRE de Jésus à Gethsémani a clairement mis en lumière la proximité et le pouvoir de Dieu. « Abba… Père, tout est possible pour toi. » (Mc 14, 36). Nous pouvons supposer que, quelques années plus tôt, il s’est adressé à Joseph, son père sur cette terre, avec la même exclamation : abba, papa. C’est pourquoi le patriarche, dans son humanité tout à fait comme la nôtre, est en un certain sens l’icône de la paternité de Dieu. C’est ainsi que la piété populaire l’a compris tout au long des siècles, ainsi que les artistes qui l’ont représenté avec un visage identique à celui du Père.

Saint Josémaria faisait remarquer que Dieu est le premier à aimer saint Joseph d’une manière très spéciale. Dieu, en préparant à Jésus un père dans ce monde, comme il l’avait fait avec Marie, a choisi un homme spécial, juste, dont la sainteté attirait les autres et répandait la paix autour de lui. « La Sainte Écriture parle très peu de saint Joseph. On dirait qu’il tenait beaucoup à passer inaperçu et que le Seigneur lui a accordé cette si belle vertu […] Je suis sûr qu’en matière de sainteté, saint Joseph suit de près Marie. Il a tellement fréquenté la Vierge Marie et l’Enfant que même la liturgie devient, comment dirais-je, affectueuse… Saint Joseph est paré de vertus admirables. Il devait être charmant, possédant de surcroît un caractère rempli tout à la fois de force d’âme, d’endurance et de douceur » [1].

Il est fort significatif que, dans la généalogie de Jésus-Christ que nous lisons dans l’Évangile selon saint Mathieu, le fil qui relie les générations soit la paternité : Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob, etc. Or, pour le dernier maillon, l’évangéliste interrompt la séquence pour dire : «Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus, que l’on appelle Christ.» (Mt 1, 16). La paternité ne concerne pas Saint Joseph pour avoir engendré Jésus, mais à titre d’époux de la Vierge Marie. Saint Joseph « est un père qui a toujours été aimé par le peuple chrétien » [2], précisément parce qu’il était l’époux bien-aimé de notre Mère. C’est pourquoi la beauté et la grandeur du mariage sont le fondement de sa paternité. Ce père et époux, si aimé de tant de fidèles, pourrait nous demander : As-tu confiance dans mon extrême sollicitude envers toi ? As-tu confiance dans mon désir de t’approcher de l’amour de Dieu ? »


« JOSEPH, FILS DE DAVID, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus » (Mt 1, 20-21). Nous pouvons découvrir trois choses dans ce court propos de l’évangéliste : d’abord, le caractère personnel du choix divin, qui se manifeste par l’emploi des noms propres de « Joseph » et de « Marie » ; ensuite, le lien qui les unira, « ton épouse » ; et en troisième lieu la responsabilité que Dieu accorde au patriarche, tu lui donneras le nom ». Dans la vie de Marie et de Joseph tout se rapporte à Jésus, tout est ordonné à lui. L’amour conjugal se traduit dans le regard commun sur leur fils pour participer ainsi, en tant que père et mère, à l’œuvre de la rédemption. La plupart des chrétiens vivent leur foi précisément ainsi, dans le mariage, puisqu’il s’agit d’une vocation, d’un chemin pour regarder Jésus-Christ et avancer vers lui.

Un jour, une mère de famille devenue veuve a demandé à saint Josémaria comment combler le vide laissé par son époux. « Sois très dévote de saint Joseph, a répondu le fondateur de l’Opus Dei. Saint Joseph a dirigé la famille de Nazareth et il conduira aussi la tienne. Trouve-toi une statuette, cultive ta dévotion pour lui, allume pieusement une bougie de temps en temps, comme nos mères, comme nos grand-mères : toutes les vieilles dévotions sont actuelles, pas une qui ne soit actuelle. » [3]. Sainte Thérèse, quelques siècles plus tôt, encourageait les âmes à faire entièrement confiance à saint Joseph : « Je voudrais persuader tout le monde d’avoir de la dévotion pour ce glorieux saint, car j’ai une grande expérience des bienfaits qu’il obtient de Dieu » [4].

Le saint patriarche a reçu la mission d’éduquer le Fils de Dieu, de le prendre par la main pour l’accompagner dans ses premiers pas dans tant de domaines de la vie. Il peut être un appui pour toutes les familles et pour chaque apôtre. Saint Joseph a appris à l’Enfant Jésus à respecter les bonnes manières, à travailler, à écouter la Sainte Écriture en l’amenant le samedi à la synagogue… « La mission de saint Joseph est certainement unique et inimitable, parce que Jésus est absolument unique. Et pourtant, en gardant Jésus, en l’éduquant à grandir en taille, en sagesse et en grâce, Joseph est le modèle de tous les éducateurs, en particulier de tous les pères. » [5]


SAINT JOSEPH joue un rôle personnel irremplaçable dans la configuration de la Sainte Famille. « L’incarnation du Verbe dans une famille humaine, à Nazareth, touche par sa nouveauté l’histoire du monde. Nous avons besoin de plonger dans le mystère de la naissance de Jésus, dans le oui de Marie à l’annonce de l’ange, lorsque la Parole a été conçue dans son sein ; également dans le oui de Joseph, qui a donné à Jésus son nom et a pris en charge Marie » [6]. Le patriarche, en raison de son appel particulier à constituer la famille de Jésus, a appris à être père et a collaboré dans la préparation du Fils à l’accomplissement de sa mission. En même temps, il est resté en permanence aux côtés de son épouse, en la soutenant dans sa tâche d’être la mère de Dieu. C’est pourquoi il est aussi patron de la naissance et du développement de nos familles.

« La famille est assurément une grâce de Dieu, qui laisse transparaître ce qu’il est lui-même : Amour. Un Amour pleinement gratuit, qui soutient la fidélité sans limite, même dans les moments de difficulté ou de découragement. » [7] Saint Jean Paul II signalait que le futur de l’humanité passe par la famille parce que c’est là qu’en règle générale nous posons les fondements essentiels pour avoir une vie heureuse, même si Dieu peut prévoir d’autres chemins, puisque chaque personne est unique et singulière. C’est pourquoi nous nous adressons spécialement à saint Joseph, patron de la famille, pour qu’il nous aide à vivre et à montrer sa beauté, selon le modèle de Nazareth.

« Et n’ayons pas peur d’inviter également sa Mère Marie ! Les chrétiens, quand ils se marient “dans le Seigneur”, sont transformés en un signe concret de l’amour de Dieu. Les chrétiens ne se marient pas seulement pour eux-mêmes : ils se marient dans le Seigneur en faveur de toute la communauté, de la société tout entière. » [8] Nous invoquons chaque jour saint Joseph par cette prière : « Dieu a fait de toi le père et le maître de sa maison, prie donc pour nous ! »



[1]. Saint Josémaria, notes prises lors d’une réunion de famille, 10 juillet 1974.

[2]. Pape François, Lettre apostolique Patris corde, n° 1.

[3]. Saint Josémaria, notes prises lors d’une réunion de famille, 26 juin 1974.

[4]. Saint Thérèse d’Avila, Livre de la vie, 6, 7.

[5]. Pape François, Audience, 19 mars 2014.

[6]. Pape François, Exhort. ap. Amoris lætitia, n° 65.

[7]. Benoît XVI, Angélus, 28 décembre 2008.

[8]. Pape François, Audience, 29 avril 2015.