L'Évangile de lundi : aspirer à quelque chose de grand

Évangile du lundi de la 26ème semaine du temps ordinaire (année paire) et son commentaire.

Opus Dei - L'Évangile de lundi : aspirer à quelque chose de grand

Évangile (Lc 9,46-50)

Or, une question se posa dans leur esprit : lequel d'entre eux était le plus grand ? Jésus, sachant la question de leur cœur, prit un petit enfant, le mit près de lui et leur dit : "Quiconque reçoit en mon nom ce petit enfant, me reçoit, et quiconque me reçoit, reçoit Celui qui m'a envoyé. Car celui d'entre vous tous qui est le plus petit, c'est celui-là qui est grand."

Jean, prenant la parole, dit : "Maître, nous avons vu un homme qui chasse les démons en ton nom et nous l'en avons empêché, parce qu'il ne te suit pas avec nous.

- Ne l'en empêchez pas, répondit Jésus, car celui qui n'est pas contre vous est pour vous."


Commentaire

Dans l'Évangile de la messe d'aujourd'hui, Jésus propose une voie royale pour s’adresser à Lui : c'est la voie de la simplicité. Alors que ses disciples sont empêtrés dans des questions pour savoir qui d’entre eux serait le plus grand, le Seigneur embrasse un enfant : geste discret mais significatif. Les disciples apprendront ainsi que celui qui est aussi simple qu'un enfant peut être hissé par les bras de Dieu à la hauteur de ses enfants.

Jésus ne veut pas étouffer le désir de plénitude de ses disciples, le désir de quelque chose de grand. Mais il leur fait comprendre que s'ils se laissent piéger par les comparaisons, ils gaspilleront leur énergie. En effet, pour être grands, nous n'avons pas besoin que les autres soient plus petits que nous.

Vouloir contrôler ce que font les autres ou être troublé si d’autres que nous font de bonnes choses ne nous aide pas non plus.

"Celui qui n'est pas contre vous est avec vous" (v. 50) dit le Seigneur. La nouvelle logique proposée par le Seigneur nous aide à assainir nos relations familiales, professionnelles, et surtout nos relations dans la vie de l'Église. C'est pourquoi saint Josémaria encourageait : « Réjouis-toi si tu en vois d’autres travailler à de bons apostolats »[1]

Nous sommes tous petits devant Dieu, et les dons qu'il distribue à ses enfants sont une richesse pour nous tous. Se souvenir de cela nous aidera à surmonter des rivalités absurdes, et à voir dans le prochain, non pas un concurrent, mais un frère, quelqu'un avec qui nous pouvons grandir ensemble pour atteindre la gloire du ciel.




[1] Saint Josémaria, Chemin, n° 965