Commentaire d'Évangile : le "Aujourd'hui" du Christ

Évangile du 3ème dimanche du temps ordinaire (cycle C) et son commentaire

Opus Dei - Commentaire d'Évangile : le "Aujourd'hui" du Christ

Évangile (Lc 1, 1-4; Lc 4, 14-21)

Puisque plusieurs ont entrepris de composer le récit des choses qui se sont passées parmi nous, conformément à ce que nous ont transmis ceux qui ont été dès le commencement témoins oculaires et ministres de la Parole, j’ai résolu moi aussi, après m’être efforcé de connaître exactement tout depuis l’origine, de t’en écrire un exposé suivi, très cher Théophile, afin que tu reconnaisses la certitude des enseignements que tu as reçus.(…)

Alors Jésus retourna en Galilée, dans la puissance de l’Esprit, et sa renommée se répandit dans tout le pays d’alentour. Il enseignait dans leurs synagogues, et tous proclamaient ses louanges.

Étant venu à Nazareth où il avait été élevé, il entra, selon sa coutume, le jour du sabbat dans la synagogue, et se leva pour faire la lecture. On lui remit le livre du prophète Isaïe ; et l’ayant déroulé, il trouva l’endroit où il est écrit :

L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a consacré par l’onction, pour porter la bonne nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs la délivrance, aux aveugles le retour à la vue, pour rendre libres les opprimés, annoncer une année de grâce du Seigneur.

Ayant roulé le livre, il le rendit au ministre et s’assit ; et tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. Alors, il commença à leur dire : « Aujourd’hui cette phrase s’accomplit parmi vous. »


Commentaire

La liturgie de ce dimanche nous présente deux passages de l'Évangile de saint Luc. Le premier est le prologue, qui s'adresse à un personnage appelé Théophile, nom grec signifiant "ami de Dieu". Luc entreprend d'écrire un récit bien documenté et bien ordonné de la vie du Christ depuis ses origines, en expliquant aussi le sens salvifique des choses qui ont été "accomplies parmi nous" (v. 1).

Cet Évangile s'adresse donc à tous ceux qui veulent vraiment être "amis de Dieu". En pénétrant dans ses pages "comme une personnage de plus", à l’instar de saint Josémaria, l’on retrouve la figure aimable de Jésus, et l’on découvre que les Écritures se sont accomplies en lui, et qu'aujourd'hui encore, elles continuent à se réaliser "parmi nous" ; dans ce texte saint, vous trouverez la vie de Jésus ; mais vous devrez aussi trouver votre propre vie (Forge, 754).

Dans le deuxième passage, nous accompagnons Jésus dans la synagogue de Nazareth, la ville où il a grandi, où il arrive, selon sa coutume du sabbat, pour prier et écouter la Parole de Dieu. C'est en famille qu’il a sans doute appris à le faire depuis son enfance, entouré de Joseph et de Marie.

Le récit de Luc nous introduit dans cette cérémonie à la synagogue. Après quelques prières, on lit un passage du Pentateuque ou de la Torah, la Loi de Dieu, ainsi qu'un texte prophétique qui illustre le sens de ce que la Loi enseigne. Celui qui préside invite l'un des assistants à lire, ou bien quelqu'un, dûment préparée, de sa propre initiative, se lève pour faire la lecture, puis pour expliquer le sens de la Parole de Dieu.

À cette occasion, Jésus se lève et trouve, dans le rouleau du prophète Isaïe qui lui est offert, un texte où le prophète parle d'un oint du Seigneur qui porte la bonne nouvelle du salut et la proclamation que Dieu délivrera le peuple de ses souffrances. Ce sont des paroles de consolation, adressées au peuple de Juda qui travaillait à sa reconstruction après des décennies de ruines et de décomposition, suite à la conquête de leur territoire par les troupes babyloniennes au début du VIe siècle a. J.C.

Ceux qui étaient finalement rentrés d'exil étaient dans l'incapacité de guérir tant de blessures matérielles et morales, mais Dieu comblait leur espoir de salut. Cela dit, ce que Jésus vient de lire dans la synagogue n'est pas un simple rappel de la proclamation pleine d'espérance que Dieu a rendue réelle dans le passé, car c'est bien l'annonce de ce qui se passe réellement parmi eux, et c'est ce qu'il leur fait comprendre: Aujourd'hui s'est accomplie l'Écriture que vous venez d'entendre(v 21). Jésus est le Rédempteur annoncé.

L'"aujourd'hui" dont Jésus parle dans l'Évangile n'est pas seulement un instant qui s'est produit il y a plus de vingt siècles. Jésus parle aussi à chacun de nous "aujourd'hui", au XXIe siècle, parce que maintenant aussi l’ "oint du Seigneur" (le "messie",mot hébreu voulant dire "oint"), Jésus Christ, est vivant et s'adresse chacun de nous pour guérir nos maladies, nos faiblesses et nos péchés. Aujourd'hui c'est peut être un jour de salut, pour moi et pour chacun de nous. Ne renvoyons pas au lendemain la décision que le Seigneur attend de nous "aujourd'hui" : une conversion, pardonner et accepter le pardon, recommencer avec l'aide de la grâce, un don total... Le vieil adage païen du "carpe diem" devient ainsi : profitez du présent, de cet "aujourd'hui" où Dieu vient à votre rencontre pourvous guérir et vous rendre heureux.

C'est 'aujourd'hui' que Dieu compte sur notre réponse positive pour poursuivre la réalisation du salut que Jésus a obtenu pour toute l'humanité, pour nous et pour que nous l'apportions au monde entier. "C'est aussi notre mission : être oints par l'Esprit et aller vers nos frères pour proclamer la Parole, être pour eux un instrument de salut" (François, Message pour la 54ème Journée mondiale de prière pour les vocations).

Francisco Varo