Entretiens avec monseigneur Escriva

Dans les années d’après le concile Vatican II, les moyens de communication ont prêté une grande attention aux sujets ecclésiaux. C’est dans ce contexte que monseigneur Escriva a accordé de longs entretiens à des quotidiens et des revues prestigieux

Escritos

Dans les années d’après le concile Vatican II, les moyens de communication ont prêté une grande attention aux sujets ecclésiaux. C’est dans ce contexte que monseigneur Escriva a accordé de longs entretiens à des quotidiens et des revues prestigieux, comme Time, Le Figaro, New York Times, L’Osservatore Romano… Le fondateur acceptait de parler de l’Opus Dei et de participer au grand débat doctrinal, avec sa simplicité et sa clarté habituelles.

Sept de ces entrevues sont réunies dans cet ouvrage, qui a vu le jour en 1968. Le lecteur saisit dans les paroles de saint Josémaria le sens surnaturel, une cordialité très humaine, son amour passionné de la liberté, qui s’exprime aussi bien par la défense des idéaux auxquels il croyait que par sa capacité de compréhension et de dialogue.

Ces questions et ces réponses nous font aborder des sujets tels que les questions ecclésiales alors sur la place publique, la nature et l’apostolat de l’Opus Dei, l’université (c’étaient les « années chaudes » dans les universités), le rôle de la femme dans la société et dans l’Église.

Le recueil d’entretiens est complété par une célèbre homélie que saint Josémaria a prononcée sur le campus de l’Université de Navarre, Aimer le monde passionnément en 1967.

Plus de trois cent mille exemplaires ont été édités, en neuf langues.

>>> Lire le livre (www.escrivaobras.org).