Communion des saints

"Communion des saints. — Comment te l’expliquer ? — Tu sais ce que sont les transfusions de sang pour le corps ? Eh bien, c’est à peu près ce qu’est la communion des saints pour l’âme."

Pour parler avec Dieu

Que signifie l’expression communion des saints?

Cette expression signifie avant tout la participation commune de tous les membres de l’Église aux réalités saintes (sancta) : la foi, les sacrements, en particulier l’Eucharistie, les charismes et les autres dons spirituels. À la source de la communion, il y a la charité, qui « ne cherche pas son intérêt » (1 Co 13,5), mais qui pousse les fidèles à « mettre tout en commun » (Ac 4,32), même leurs biens matériels, pour le service des plus pauvres.

(Catéchisme Église catholique, Compendium, n. 194).

Elle désigne également la communion entre les personnes saintes (sancti), à savoir entre ceux qui, par la grâce, sont unis au Christ mort et ressuscité. Les uns sont en pèlerinage sur la terre, d’autres, ayant quitté cette vie, achèvent leur purification, soutenus aussi par nos prières, d’autres enfin jouissent déjà de la gloire de Dieu et intercèdent pour nous. Tous ensemble, ils forment dans le Christ une unique famille, l’Église, à la louange et à la gloire de la Trinité.

(Catéchisme Église catholique, Compendium, n. 195)

Comment t’expliquer cela ?

Communion des saints. — Comment te l’expliquer ? — Tu sais ce que sont les transfusions de sang pour le corps ? Eh bien, c’est à peu près ce qu’est la communion des saints pour l’âme.

Chemin, 544

Vivez avec une intensité particulière la communion des saints, et chacun sentira, à l’heure de la lutte intérieure, aussi bien qu’à l’heure du travail professionnel, la joie et la force de ne pas être seul.

Chemin, 545

Souviens-toi toujours qu'à tout moment tu collabores à la formation spirituelle et humaine de ceux qui t'entourent, et de toutes les âmes — la bienheureuse Communion des Saints va en effet jusque là: quand tu travailles et quand tu te reposes; quand on te voit joyeux ou préoccupé; quand, dans ton travail, ou en pleine rue tu pries en enfant de Dieu, et que la paix de ton âme se manifeste au-dehors; quand on remarque que tu as souffert — que tu as pleuré —, et que tu souris.

Forge, 846

Il y a un instant, avant le lavabo, nous avons invoque le Saint-Esprit, et nous lui avons demandé de bénir le sacrifice offert à son Saint Nom. La purification une fois achevée, nous nous adressons à la Trinité — suscipe, Sancta Trinitas — pour qu’Elle accueille ce que nous présentons en mémoire de la vie, de la Passion, de la Résurrection et de l’Ascension du Christ, en l’honneur de Marie, toujours Vierge, en l’honneur de tous les saints.

À la Sainte Messe

Que le sacrifice serve au salut de tous — Orate, fratres, supplie le prêtre — car mon sacrifice est le vôtre, celui de toute l'Église. Priez, mes frères, même si vous n’êtes qu’un petit nombre; même s’il n’y a qu’un seul chrétien qui soit présent, et même si le célébrant est seul: parce que toute Messe est l’holocauste universel, le rachat de toutes les tribus, de toutes les langues, de tous les peuples et de toutes les nations.

Tous les chrétiens, par la communion des saints, reçoivent les grâces de chaque Messe, qu’elle soit célébrée devant des milliers de personnes ou seulement devant un enfant de choeur distrait. Dans tous les cas, la terre et le ciel s’unissent pour entonner avec les anges du Seigneur: Sanctus, Sanctus, Sanctus...

Quand le Christ passe, 89

L’union fait la force

Nous voici donc, consummati in unum! unis dans une même demande, dans une même intention, prêts à engager ce moment de conversation avec le Seigneur, avec le désir renouvelé d’être des instruments efficaces entre ses mains. Devant Jésus, présent dans le Saint-Sacrement (comme il m’est agréable de faire un acte de foi explicite en la présence réelle du Seigneur dans l’Eucharistie !), entretenez dans votre cœur l’ardent désir de transmettre, par votre prière, un battement plein de vigueur qui puisse s’étendre partout sur la terre et parvienne aux confins de la planète, partout où un homme dépense généreusement son existence au service de Dieu et des âmes. Car, grâce à l’ineffable réalité de la Communion des saints, nous sommes solidaires, collaborateurs, dit saint Jean, dans la tâche de répandre la vérité et la paix du Seigneur.

Amis de Dieu, 154.

Quant à moi, je pense tous les jours à toi et je t’envoie encore d’autres lettres. Bénie soit la Communion des Saints ! Mon fils, sur notre chemin, je t’invite à vivre cette union de famille surnaturelle qui fait que nous participions les uns aux prières, aux sacrifices et aux travaux des autres ».

Saint Josémaria Escriva, Lettre à Emiliano Amann, de Burgos, le 5 mars 1938.