Le nouveau Rigel

Marlyse, étudiante en Sciences Politiques, nous propose une visite guidée du nouveau siège du Centre d’Etudes Rigel, au quartier Obili à Yaoundé.

Cameroun

« Rigel est le nom d’une étoile de la constellation d’Orion » explique Marlyse en poussant le portillon qui donne accès au nouveau siège du Centre d’Etudes Rigel. Nous découvrons un grand et beau complexe dont elle nous propose une visite guidée.


Etudiante en 3e année de sciences politiques, Marlyse fréquente Rigel depuis 4 ans et assiste assidûment aux activités de formation qui y sont proposés. « Le Centre a été créé en 1995, poursuit-elle. Il est promu par l’Association pour la Promotion de la Femme (APF) et travaille pour la formation professionnelle, humaine, culturelle et spirituelle de la jeune fille. Jusqu’alors, nous étions installés au quartier Ngoa Ekelle et depuis le 27 novembre 2014, nous sommes ici au quartier Obili. »


En descendant l’allée qui mène à l’entrée principale de Rigel, nous découvrons une belle façade bordée de gazon vert.



Nous sommes un samedi, il est 15h et dans le hall, plusieurs étudiantes conversent par petits groupes en attendant le début des activités.


Mais que fait-on concrètement au centre Rigel ? « Le Centre nous enseigne à bien étudier afin de nous préparer à être de bonnes professionnelles, utiles à la société. C’est pourquoi Rigel dispose de salles d’études et d’une bibliothèque. Nous organisons fréquemment des conférences, séminaires et autres activités visant à améliorer les performances académiques et scolaires des jeunes. » Ouvrant une porte à sa droite, Marlyse nous présente un bel amphithéâtre d’une centaine de places.Puis elle nous mène au fond du couloir qui prolonge le hall, où se trouvent plusieurs salles d’étude.


Revenant de notre émerveillement, nous posons à Marlyse la question qui nous intrigue depuis le début de la visite : Pourquoi le Centre porte t-il le nom d’une étoile ?« Rigel aide les filles à acquérir les vertus humaines qui sont le fondement d’une personnalité épanouie; aussi brillent-elles comme des étoiles, ajoute t-elle en souriant. Cela se réalise à travers des cours de développement personnel et de coaching personnalisé, effectués par des monitrices. En fait Rigel est un Centre pour les familles. Les activités ne s’adressent pas seulement aux étudiantes et lycéennes mais aussi aux dames qui souhaitent renforcer leur formation spirituelle, culturelle et même professionnelle.


« Les lycéennes, étudiantes et jeunes professionnelles qui fréquentent Rigel reçoivent en même temps une formation spirituelle.Il s’agit de cours de doctrine catholique et de formation ascétique, de récollections mensuelles et retraites spirituelles ainsi que de la pratique de normes de piété. Nous bénéficions également d’un accompagnement spirituel par un prêtre. »


Là, notre guide se ravise : « suivez-moi, je vais vous montrer le lieu le plus important de toute la maison. » Partant du hall d’entrée, nous montons une volée de marches qui nous mène à une chapelle : « c’est l’Oratoire du Centre », dit-elle avec fierté, après avoir fait une génuflexion posée en direction de l’Autel, où repose un Tabernacle recouvert d’un voile blanc. Elle précise : « Nous avons la chance d’avoir Jésus présent dans le Saint Sacrement 24h/24. C’est ici que nous venons nous recueillir et confier nos intentions au Seigneur. »


« La formation spirituelle est confiée à la Prélature de l’Opus Dei, institution de l’Eglise catholique fondée par saint Josémaria Escriva. » renchérit-elle.

Nous sommes ravies par les scènes du retable; elles représentent diverses scènes de l’Evangile, peintes par le célèbre artiste italien Giotto. Au milieu, un grand crucifix, œuvre d’un artisan camerounais.




Marlyse a lu dans notre regard l’éblouissement face à la beauté du lieu et avant que nous n’ayons le temps de l’interroger, elle anticipe : « A Rigel, nous ne sommes pas riches. Le Centre fonctionne principalement à l’aide de dons financiers de personnes qui comprennent le projet que nous réalisons. Nous nous sentons chez nous et pour cela, nous contribuons selon notre disponibilité et nos aptitudes aux tâches d’entretien des locaux et de maintenance : périodiquement nous nous occupons du ménage du Centre individuellement ou par petits groupes.


De même, le jardin du Centre a été créé par un groupe d’étudiantes ; nous avons enlevé les mauvaises herbes et planté des fleurs.Pour la fête de Noël nous nous occupons nous-mêmes de la décoration de la maison.A Rigel, nous sommes une famille ! »



Pour achever la visite, « qui n’a pas été exhaustive », précise t-elle, la jeune étudiante tient à nous montrer les installations sportives. A l’extérieur, nous découvrons un terrain polyvalent (volley-ball, basket-ball, tennis…) ainsi qu’une piscine dont le bleu turquoise a un éclat particulier sous le soleil radieux de cet après-midi du mois de décembre.

Avant de nous séparer, nous posons une dernière question qui nous brûle les lèvres : « qui peut participer aux activités de Rigel ? »


Nous prenons rendez-vous pour une prochaine visite qui nous permettra de découvrir davantage les activités du Centre Rigel.