Ordinations sacerdotales à Torreciudad

Mgr Xavier Echevarria a conféré l’ordination sacerdotale à 37 diacres de l’Opus Dei provenant de 14 pays dans le sanctuaire de Torreciudad (Espagne). Le prélat de l’Opus dei a demandé aux ordonnés que dans leur vie sacerdotale « ils suivent les pas » du bienheureux Josémaria maintenant que s’approche sa canonisation.

Nouvelles

La cérémonie qui a eu lieu le 1er septembre a été célébrée pour la première fois sur l’esplanade du sanctuaire, car il était impossible d’accueillir dans le sanctuaire les plus de 7 000 participants, parents et amis des nouveaux prêtres.

Ils viennent d’Argentine, de l’Équateur, d’Espagne, des États‑Unis, des Philippines, de France, de Hollande, d’Italie, du Mexique, du Nigeria, de Nouvelle Zélande, du Pérou, du Portugal et du Venezuela. Le plus jeune est le mexicain Mario Arrovo, âgé de 28 ans, et le plus ancien est l’espagnol Eduardo Martinez, âgé de 57 ans.

Dans l’homélie, Mgr Xavier Echevarria a insisté sur la coïncidence de l’ordination avec le centenaire de la naissance et la prochaine canonisation du fondateur de l’Opus Dei. « Pour vous, a‑t‑il dit aux candidats, il a prié très spécialement, demandant la sainteté de tous ses fils prêtres, et de tous les prêtres du monde. » Il a demandé à tous les fidèles présents à la cérémonie leurs prières pour les ordonnés « afin qu’ils soient, comme le voulait le bienheureux Josémaria, pieux, doctes, joyeux, sportifs dans le domaine surnaturel et humain ».

« Nous nous adressons à la Vierge en ce temps de préparation pour le 6 octobre », a exhorté le prélat de l’Opus Dei. «  Dans la conversion de chaque jour, que je considère être une condition indispensable pour recevoir avec fruit tant de grâce divine, notre Mère du Ciel joue un rôle prépondérant. Supplions‑la de nous obtenir cette grâce pour chacune et chacun de ceux qui assisterons à la canonisation à Rome, et pour ceux qui s’uniront spirituellement à cet événement depuis chez eux. »

Mgr Echevarria a demandé à la fin de son homélie la prière de tous pour qu’il y ait « beaucoup de vocations de prêtres affamés de sainteté, indispensable pour administrer le pardon divin, et pour rassasier les besoins de toutes les âmes avec le pain de la parole de Dieu et avec le Pain Eucharistique ».

Une bénédiction pour la famille

La famille de Laurence est venue depuis les Philippines.

Martin Miller, de l’état de l’Illinois aux Etats‑Unis, a déclaré se sentir pressé d’« annoncer l’Évangile et de donner de l’espérance aux gens. Ils doivent savoir que la sainteté est à la portée de personnes ordinaires, de celles qui se lèvent tôt pour aller travailler, qui rentrent chez eux et doivent aider leurs enfants à faire leurs devoirs, qui doivent tenir les comptes pour arriver à la fin du mois… Le bienheureux Josémaria Escriva, qui sera bientôt saint, a dit à ces personnes que le ciel n’est pas loin de leurs tâches journalières ».

Jude Idahosa, nouveau prêtre nigérian, ingénieur agronome dans le civil, a exprimé « le désir de travailler comme prêtre dans mon pays ». Son père, Atkinson Egharevba, de religion edoo, a assisté à la cérémonie dans la tenue propre à sa tribu : « L’Afrique a besoin de beaucoup de bons prêtres. Nous en avons besoin de centaines comme ceux‑ci. » La mère de Jude, Janette, considère « une bénédiction de Dieu qu’il ait appelé un de mes fils à son service. Je n’aurai jamais imaginé cela, seul lui peut le faire ».

Nous le voyons heureux

Actuellement, cela signifie beaucoup qu’une famille hollandaise ait un fils prêtre. « Il y a trente ans, il était normal que les familles catholiques de notre pays aient un fils prêtre. Maintenant, malheureusement, cela n’arrive plus, d’où notre grande gratitude pour ce don », a dit Wil, la mère de Wilhemus Veth. La représentation hollandaise, plus de cinquante personnes, était composée , en plus des parents, d’amis et de camarades du nouveau prêtre. « Nous mettons notre espoir en lui, et nous désirons que, si Dieu le veut, il porte beaucoup de fruits en Hollande », ont‑ils souligné.

De la Bretagne, un groupe nombreux est venu accompagné Jean‑Philippe Huet. Sa mère à dit être « très contente du chemin qu’a choisi notre fils, parce que nous le voyons heureux. Les membres de notre famille et nos amis se sont aussi réjouis, quand nous leur avons annoncé qu’il allait être ordonné prêtre ».